Marchés français ouverture 7 h 37 min

Pourquoi une partie trafic de SFR et de Bouygues a transité par erreur par la Chine

Ce jeudi 6 juin, une partie des données destinées à des opérateurs téléphoniques européens a été envoyée par erreur en Chine. Une redirection du trafic mobile européen qui a ralenti la connexion de certains utilisateurs et permis à la Chine de subtiliser des informations d’internautes français.

La Chine a-t-elle tenté de pirater des données d’internautes français ? Ce jeudi 6 juin, pendant plus de deux heures, une grande partie du trafic mobile européen a été réacheminée vers la Chine par erreur via l'infrastructure du troisième plus grand fournisseur d’accès à internet chinois, China Telecom. ZDNet rapporte que l’opérateur aurait via, cette redirection volontaire ou non, réussi à avoir accès à des informations non chiffrées transitant par ses serveurs. L'incident s'est produit en raison d'une fuite de routage BGP à la société suisse de colocation de centres de données Safe Host.

Elle a accidentellement divulgué plus de 70.000 routes de sa table de routage interne vers le fournisseur d’accès internet chinois. "Parmi les réseaux européens les plus touchés figurent Swisscom en Suisse, KPN en Hollande, ainsi que Bouygues Telecom et Numericable-SFR en France ", a fait savoir Doug Madory, le directeur de la division Internet Analysis d'Oracle. Les ingénieurs de l'entreprise affirment en effet avoir constaté que des données censées transiter depuis leurs serveurs (basés à Toronto) vers le réseau SFR faisaient un curieux détour par la Chine.

>> À lire aussi : 5G : au cœur de la guerre technologique entre la Chine et Donald Trump

Le détournement de ce trafic mobile européen a eu un impact sur les clients des opérateurs touchés qui ont constaté des ralentissements de connexion ou une incapacité à se connecter à certains serveurs. "De tels incidents de routage ne durent souvent que quelques minutes, mais dans ce cas, plusieurs des itinéraires divulgués lors de cet incident étaient en circulation pendant plus de deux heures", note également Oracle dans une note de blog.

Un incident similaire en novembre dernier

Ce n’est pas la première fois que la Chine est suspectée de détournement de trafic internet. En effet, BFMTV rapporte qu’en novembre dernier, une partie du trafic internet des États-Unis avait fait escale par la Chine. Un incident qui avait duré non pas deux heures,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Chine durement frappée par une explosion chimique: 47 morts
Mobiles subventionnés : victoire judiciaire de Free contre SFR
Boeing a soumis une partie de la documentation du 737 MAX modifié
Facebook supprime de faux comptes par milliards et refuse tout démantèlement
Or : la banque centrale de Chine pourrait devenir le principal acheteur… et tirer les cours !