Marchés français ouverture 7 h 32 min
  • Dow Jones

    30 775,43
    -253,88 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    11 028,74
    -149,16 (-1,33 %)
     
  • Nikkei 225

    26 393,04
    -411,56 (-1,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0480
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    18 108,03
    -1 214,15 (-6,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,82
    -26,65 (-6,18 %)
     
  • S&P 500

    3 785,38
    -33,45 (-0,88 %)
     

Un jeu de go énergétique tous azimuts

SOURCE : MERCATOR INSTITUTE FOR CHINA STUDIES

Le régime chinois joue à fond la carte du pragmatisme pour sécuriser ses ressources en matières premières. Une diplomatie efficace, qui se renforce avec la Russie et pourrait s'étendre à l'Arabie saoudite et à l'Irak.

Ce 4 février 2022, alors que la cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Pékin est boycottée par les grands dirigeants occidentaux, peut compter sur le soutien de celui qu'il décrit comme son "meilleur ami", . Les deux autocrates, qui se sont par le passé rencontrés plus d'une trentaine de fois, louent un rapprochement "sans précédent" entre leurs pays et entérinent un contrat visant à fournir 10 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel russe à la Chine.

Un mois plus tard, alors que Moscou fait face à un torrent de sanctions internationales pour son, cette "amitié solide comme un roc" - selon la formule du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi - est renforcée par l'annonce d'un nouveau gazoduc géant reliant la Sibérie à l'empire du Milieu. De volume identique au fameux Nord Stream 2, abandonné par l'Allemagne en représailles à la guerre conduite par Vladimir Poutine, ce projet titanesque est un véritable pied de nez à la communauté internationale.

Contrat pour le GNL américain

Ce projet alimente les spéculations sur le soutien que le président chinois est prêt à apporter à son "meilleur ami". "Le partenariat est fort et s'est même accru, mais Xi Jinping est lucide, juge le sinologue François Godement, conseiller pour l'Asie à l'Institut Montaigne. La Chine a développé une stratégie d'approvisionnement énergétique diversifiée qui a fait ses preuves.

Son intérêt n'est donc pas d'aller compenser les parts de marché qu'abandonneront les Européens. La suspension, fin mars, d'un investissement de 500 millions de dollars en Russie du chinois Sinopec, plus grand raffineur d'Asie, laisse penser que Pékin, désireux de ne pas s'exposer aux sanctions occidentales, n'est pas forcément disposé à assumer le rôle de banquier du Kremlin.

Si les liens entre les deux pays restent étroits, et sont symbolisés par le Force de Sibérie lancé en 2014, après l'envahissement de , Moscou ne représente que 5% des importations gazières de Pékin. Le plus gros fou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles