Marchés français ouverture 2 h 55 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 316,91
    +142,93 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    0,9688
    -0,0051 (-0,52 %)
     
  • HANG SENG

    17 444,07
    +193,19 (+1,12 %)
     
  • BTC-EUR

    20 130,27
    +646,71 (+3,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    445,66
    +16,88 (+3,94 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

Les jets privés peuvent-ils être écolos ?

AFP/Archives - JUSTIN TALLIS

Dans le viseur des ONG et des politiques, les jets privés tentent d'atténuer leur bilan carbone alors que l'UE veut imposer des quotas de carburants alternatifs et supprimer l'exemption de taxes sur le kérosène.

Taxer les jets privés, les clouer au sol tant qu’ils ne sont pas 100% décarbonés, ou leur interdire de voler s’il existe une alternative en train en moins de 2h30? Les idées fusent depuis quelques semaines pour réguler l’aviation d’affaires, érigée en symbole de la pollution climatique provoquée par une minorité de privilégiés.

Lancée le 21 août par au prétexte qu’ils polluent "dix fois plus qu’un avion", la polémique a enflé lorsque Clément Beaune, le nouveau ministre délégué aux Transports, s’est dit favorable à une régulation propre à la France avant de rétropédaler en faveur d’une harmonisation au niveau européen.

D’un côté, les ONG et les responsables politiques souhaitent limiter le trafic des jets mais peinent à trouver les moyens d’y parvenir. De l’autre, les compagnies privées et les constructeurs aéronautiques défendent leur poids économique – un peu plus de 100.000 emplois directs et indirects en France, selon l’Association européenne de l’aviation d’affaires (EBAA) – et leurs efforts pour se verdir. "Chacun fourbit ses armes car des propositions sont en cours de discussion à Bruxelles, dans le cadre du plan climat de l’Union européenne “Fit for 55” qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% d’ici à 2030, observe l’eurodéputée Karima Delli (EELV). Elles concernent les avions de ligne, mais également les jets privés, avec notamment la proposition de faire sauter l’incroyable exemption de taxe sur le kérosène dont ils bénéficient (à l’exception des vols particuliers de loisir) depuis plus de quinze ans."

Manne de 5 milliards en 2050

Si elle est votée par les Etats membres, cette taxe s’appliquera dès 2024 pour les sociétés de jets et plus progressivement pour les compagnies aériennes comme Air France-KLM ou Lufthansa. Près de 5 milliards d’euros pourraient être récupérés par an à partir de 2050, calculent les ONG.

Également dans le viseur: . Les compagnies aériennes sont tenues de restituer des quotas d'émission pour couvrir leurs [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi