La bourse ferme dans 2 h 27 min
  • CAC 40

    5 895,85
    -40,57 (-0,68 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 397,30
    -36,15 (-1,05 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9753
    -0,0042 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 704,10
    -16,70 (-0,97 %)
     
  • BTC-EUR

    20 135,86
    -713,86 (-3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    447,17
    -15,95 (-3,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,00
    +0,55 (+0,62 %)
     
  • DAX

    12 367,97
    -102,81 (-0,82 %)
     
  • FTSE 100

    6 979,66
    -17,61 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1137
    -0,0032 (-0,29 %)
     

Jeep Compass e-Hybrid: légèrement électrifié, ce faux 4x4 manque de tonus

ESSAI AUTO DU WEEK-END. Le Jeep Compass nous revient avec une motorisation à hybridation légère, partagée avec l'Alfa Romeo Tonale. Malheureusement, malgré une relative sobriété, ce faux tout-chemins déçoit par des performances à la traîne. Et, bizarrement, aucun mode Sport ne permet de dynamiser l'ensemble.

Après le petit en 2014, et en attendant une future "Baby ", la célèbre marque américaine révise la mécanique de son modèle compact, . Produit dans le sud de l’Italie comme le Renegade et la Fiat 500X, ce faux Yankee nous revient avec une motorisation à essence 1,5 dotée d’une hybridation légère de 48 volts. Une grande première. C’est le moteur que l’on retrouve aussi sur le tout nouveau Alfa Romeo Tonale. Logique, Jeep et Alfa faisaient partie du même groupe Fiat Chrysler (FCA), fusionné en janvier 2021 avec PSA pour former . Côté carrosserie, rien ou presque ne change, toutefois. Le Compass conserve sa silhouette assez typique, facilement identifiable. Celle-ci n’arbore pas l’originalité du petit frère Renegade. Il n’en dégage pas la même sympathie. Mais les lignes, plutôt plaisantes, n’ont nullement vieilli. La face avant rappelle les grands frères Cherokee et Grand Cherokee.

L’intérieur arbore désormais un grand écran en surplomb de la planche de bord, selon la mode. Si le dessin n’est pas critiquable, la finition date. Elle n’était déjà pas extraordinaire il y a six ans. Rien de très choquant certes, mais, incontestablement, les matériaux sont du genre économique. Décevant sur un engin vendu plus de 40.000 euros. En outre, plus le temps passe et plus Jeep limite les équipements de confort. Le cuir était ainsi présent il y a deux ans sur la finition haute Limited. Puis, la marque l’a enlevé. Et aujourd’hui, même sur une version Upland censée représenter désormais le sommet de la gamme (avec la S), la vraie peau est remplacée par un mélange de tissu et de skaï d’apparence très plastique. Pas terrible. Par la même occasion, fini la possibilité d’un intérieur gris clair, au lieu du sempiternel noir. C’est désormais noir (avec un peu de bleu foncé sur la déclinaison Upland) pour tout le monde. Soulignons d’ailleurs que la palette des coloris extérieurs s’est aussi rétrécie: toutes les teintes sont désormais bien ternes. Certes, Stellantis veut réduire les coûts en di[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi