La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1946
    +0,0021 (+0,18 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 530,46
    +200,45 (+0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    782,68
    -11,64 (-1,47 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

Jean-Pierre Farandou, SNCF: "Un voyage en TGV, c’est 50 fois moins de CO2 que le même voyage en voiture"

·2 min de lecture

Organisé par Challenges, le Sommet "Sauver le bien commun" aura lieu sous forme digitale les 27 et 28 mai. En avant-première, Jean-Pierre Farandou. PDG de la SNCF nous livre sa conception du Bien commun.

Challenges - A priori, la SNCF est bonne élève. Son empreinte carbone est très faible… Et pourtant la lutte contre le dérèglement climatique est une de vos priorités. Expliquez-nous.

Jean-Pierre Farandou - Un chiffre: alors que le train représente 10% du trafic, passagers et fret confondus, on n’émet que 0,6% des gaz à effet de serre du secteur des transports en France. On a une empreinte écologique qui est bien meilleure que les autres modes de transport. Un voyage en TGV, c’est 50 fois moins de CO2 que le même voyage en voiture et 80 fois moins qu’en avion. C’est très spectaculaire. Nous souhaitons aller encore plus loin. Parce que nous sommes très engagés dans la protection de la planète et dans la mobilité durable. Les enjeux sont considérables et la stratégie nationale bas carbone de la France en dépend! Et c’est aussi un argument commercial. De plus en plus de consommateurs se posent des questions sur leur empreinte carbone, notamment les jeunes. Nous avons d’ailleurs mis en place un éco-comparateur. Pour nous c’est à la fois un sujet d’utilité publique, et un levier commercial.

Pour renforcer votre action en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique, vous souhaitez augmenter votre part de marché. Comment?

Actuellement, le train, c’est 10% du trafic, et le mode dominant, la route, c’est 85%! Notre objectif, c’est de doubler notre part de marché dans les dix ans qui viennent. Comment? Concernant le trafic de voyageurs, nous avons encore de la capacité. Mais il nous faut rendre le train plus accessible. Le prix peut encore être un obstacle, notamment en raison du yield management. Les clients qui réservent quelques jours avant le départ n’ont plus accès aux prix modérés. Il n’y a plus que les prix les plus élevés de la gamme.

J’ai demandé aux équipes de SNCF Voyageurs de travailler sur cette question. Et nous présenterons une nouvelle gamme tarifaire beaucoup plus accessible, plus lisible, début juin. Nous avons également des progrès à faire sur ce q[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles