La bourse ferme dans 4 h 45 min
  • CAC 40

    5 822,86
    +30,07 (+0,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 723,17
    +16,55 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,2031
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 727,60
    +4,60 (+0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    40 758,50
    +1 123,65 (+2,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    986,18
    -0,47 (-0,05 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,62
    -0,02 (-0,03 %)
     
  • DAX

    14 090,32
    +77,50 (+0,55 %)
     
  • FTSE 100

    6 640,57
    +52,04 (+0,79 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,17
    -255,33 (-0,86 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,3915
    -0,0006 (-0,04 %)
     

Jean-Pierre Bacri, la mort d'un antihéros magnifique du cinéma

·1 min de lecture

Ils n'imaginaient pas écrire l'un sans l'autre. Désormais, Agnès Jaoui sera seule devant son écran d'ordinateur. Jean-Pierre Bacri, son partenaire à la ville comme à l'écran, est mort lundi après-midi à 69 ans d'un cancer, qu'il n'avait pas évoqué auparavant. Depuis presque trente ans, le tandem de scénaristes et de comédiens passait à la moulinette de son humour corrosif et irrésistible les travers de ses contemporains chez des cinéastes comme Alain Resnais et Cédric Klapisch dans des films aujourd'hui cultes pour toute une génération : Cuisine et dépendances (1992), Smoking/No Smoking (1992), Un air de famille (1996), On connaît la chanson (1997), Le goût des autres (1999)… Au point que leur couple inséparable fut surnommé Bacri-Jaoui, gage de qualité pour le public.

En salles et sur les planches. Récemment, Jean-Pierre Bacri avait fait un retour remarqué dans Le sens de la fête (2017), d'un autre duo emblématique, Olivier Nakache et Eric Toledano, où il jouait un organisateur d'événement qui assiste impuissant à une série d'incidents au cours d'une soirée de mariage dans un château. Il renouait ainsi avec son rôle de prédilection, qui lui collait à la peau depuis plusieurs décennies : le Français grognon et irascible qui atomise son entourage avec des répliques bien senties, mais pourtant très attachant.

Bacri, "comédien par hasard"

On avait alors espéré qu'il décroche le César du meilleur acteur, qui aurait couronné une carrière. Hélas, la récompense lui a encore échappé....


Lire la suite sur LeJDD