La bourse ferme dans 43 min
  • CAC 40

    6 521,79
    -35,61 (-0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 742,32
    -35,06 (-0,93 %)
     
  • Dow Jones

    33 788,60
    -210,44 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0048
    -0,0044 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 759,80
    -11,40 (-0,64 %)
     
  • BTC-EUR

    21 325,71
    -2 191,59 (-9,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    508,60
    -33,00 (-6,09 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,13
    +0,63 (+0,70 %)
     
  • DAX

    13 589,97
    -107,44 (-0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 562,75
    +20,90 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    12 749,49
    -215,85 (-1,66 %)
     
  • S&P 500

    4 240,33
    -43,41 (-1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    28 930,33
    -11,81 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 773,03
    +9,12 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,1807
    -0,0126 (-1,06 %)
     

Jean-Philippe Tanguy, l’apparatchik poussé par le RN à la tête de la commission des Finances

AFP/Archives - STEPHANE DE SAKUTIN

Député de la Somme, Jean-Philippe Tanguy est le candidat du Rassemblement national pour la très convoitée présidence de la commission des Finances. Cet homme de partis, longtemps proche de Dupont-Aignan, a tendance à gonfler ses expériences professionnelles et a laissé un piètre souvenir chez General Electric.

Au Rassemblement national, on aime voir qu’une seule tête. Pour la présidence de la commission des Finances, les députés RN se sont vite accordés sur le nom de Jean-Philippe Tanguy, nouveau député de la Somme, comme candidat unique. L’élection, , est l’objet de toutes les tractations au Palais Bourbon entre les élus de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale, des Républicains et du Rassemblement national. "De notre côté, c’est Marine Le Pen qui s’occupe personnellement des négociations, se félicite un député RN. Elle fera tout pour que le poste nous revienne."

Histoire de montrer patte blanche, Jean-Philippe Tanguy, 36 ans, gomme toute aspérité partisane et insiste sur sa volonté de "garantir la bonne tenue des délais des débats budgétaires". Les cadres du RN, eux, vantent la crédibilité économique de leur champion. Le président intérimaire du parti, , le 23 juin, qu’il "a fait Sciences Po", qu’il "est intéressé par la gestion des finances publiques" et "qu’il a un parcours dans les grandes entreprises". De fait, l’ancien directeur adjoint de la campagne de Marine Le Pen est à la fois diplômé de l’Essec et de Sciences Po Paris. "Je connais les sujets de dépenses publiques et de fiscalité grâce à ma formation, souligne-t-il d’ailleurs, j’ai suivi des cours d’économie politique."

"Pas sur le fond des dossiers"

Mais, depuis ses années étudiantes où il a effectué deux stages chez Hitachi (huit mois) et EDF (six mois), puis a été apprenti chez General Electric, le parcours de Jean-Philippe Tanguy ressemble surtout à celui d’un apparatchik. En 2012, un an après la fin de ses études, il rejoint le leader souverainiste Nicolas Dupont-Aignan. Durant huit ans, il se met au service du petit parti, Debout la France, où il est en particulier chargé de structurer les fédérations locales. "Il a abattu un travail considérable en recrutant des cadres et des candidats avec qui il entretenait un lien direct, relève un ancien du parti. Ce n’est pas un hasard si pour rallier[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles