Marchés français ouverture 5 h 7 min

Jean Paul Gaultier poursuivi par un couturier breton

Alors qu'il vient de présenter son tout dernier défilé haute couture à l'occasion de la fashion-week de Paris, Jean Paul Gaultier se retrouve au cœur d'une bataille judiciaire. En effet, comme le rapporte le site actu.fr, un couturier de Quimper (Finistère) a décidé d'attaquer en justice la maison Jean Paul Gaultier. La raison : le nom de son dernier parfum, lancé fin 2019 et baptisé Le Beau.

>> A lire aussi - Armor-Lux, Jean-Paul Gaultier... pourquoi la marinière fait toujours vendre

Un timing qui dérange Christophe Le Bo, qui lui aussi prévoyait de dévoiler, à l'occasion de la Saint-Valentin, une gamme de fragrances sous le nom Le Bo Parfum. Une marque qu'il a pris soin de déposer auprès de l’INPI, Institut national de la propriété intellectuelle. "Quand j’ai vu la campagne de communication à l’occasion des fêtes de fin d’année, mon sang n’a fait qu’un tour, je me suis senti trahi, les ailes brisées… Cela fait quatre ans que nous travaillons sur ce projet. C’est un énorme investissement qui se trouve ruiné", déplore le couturier breton, relayé par actu.fr.

Un préjudice créatif et financier

Une émotion toute particulière pour Christophe Le Bo, qui a mis toute son âme dans ses nouvelles créations jusque sur les flacons de ses deux parfums, dont il a dessiné le design. "Tout le concept raconte une histoire, mon histoire, mon travail de création. Ça fait mal", s'émeut-il. Et au-delà de l'aspect créatif, il y a également l'aspect financier qui entre en compte. "Nous avons investi beaucoup. Nous avions trouvé les distributeurs", poursuit le couturier breton, qui désormais ne peut plus envisager de commercialiser ses produits pour la Saint-Valentin. "Un lancement en février est désormais impossible. Imaginez que vous entriez dans une boutique en demandant le parfum Le Bo, vers lequel pensez-vous que l’on va vous orienter ?", lance-t-il, résigné.

>> A lire aussi - Pornhub traîné en justice par un malentendant parce qu’il ne sous-titre pas ses vidéos

Christophe Le Bo veut désormais

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faut-il adopter le look de son patron ?
Roubaix : six mois après leur installation, la ville s'aperçoit que ses panneaux solaires n'étaient pas branchés
Le boom des arnaques à la SCPI… et comment vous en prémunir
Marseille : une employée municipale se bat depuis des années pour payer un loyer
Alstom en passe de reprendre l’activité ferroviaire de Bombardier ?