La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 042,02
    -3 209,58 (-8,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Jean-Pascal Tricoire (Schneider Electric): "Le développement durable, c'est un marathon sans ligne d’arrivée"

·2 min de lecture

RENCONTRE - La crise sanitaire a incité les entreprises à se renforcer dans le développement durable et le numérique. Jean-Pascal Tricoire ne s’en plaint pas. Ce sont les options qu’il a choisies il y a quinze ans en arrivant à la tête de Schneider et qu'il va continuer d'impulser à travers de nouveaux objectifs verts présentés ce lundi. Interview par écran interposé.

Ce jeudi 21 janvier, le PDG de Schneider est pile poil au rendez-vous. Il est 9h15 à Paris, 16h15 à Hong Kong. Chemise blanche, poster du champion de cricket indien Sachin Tendulkar derrière lui, Jean-Pascal Tricoire, le PDG de Schneider Electric apparaît décontracté à l’écran. Toujours entre deux avions, il a longtemps symbolisé le patron globe trotteur. Aujourd’hui, finis les déplacements. Cela fait douze mois que Jean-Pascal Tricoire n’a pas remis les pieds en France. Installé depuis dix ans à Hong Kong, le PDG de Schneider Electric passe une grande partie de ses journées au bureau en visioconférence. "C’est quasiment du temps complet", dit-il. Le virtuel n’est pas une découverte pour lui. Difficile de faire autrement quand le comité de direction de Schneider est réparti aux quatre coins du monde. Quant aux salariés, ils peuvent depuis plusieurs années deux jours par semaine. "Avec le Covid, on a beaucoup appris sur notre façon d’interagir, dit Jean-Pascal Tricoire. Il y a moins de contacts directs mais on voit plus de monde. Comme les gens communiquent de chez eux ils sont davantage en confiance. Les échanges sont plus ouverts."

2020 fut une année compliquée pour le spécialiste de la gestion de l’énergie et des automatismes. Le chiffre d’affaires qui sera annoncé le 11 février devrait diminuer d’environ 6%. Schneider qui recense 200 usines dans le monde a subi l’an dernier "une courte interruption d’activité". L’entreprise a recouru . Mais l’effectif global est resté stable grâce à l’activité services qui a recruté. A l’instar des Gafa et des compagnies du luxe, . Le titre a connu l’an dernier (+30%) derrière Hermes. Une performance qu’il doit à son modèle "multi-local" mais aussi au Covid. Pour l’ancien maître des forges, le virus a eu valeur de stress test. "Il a accéléré les tendances que nous percevions, les besoins en développement durable chez nos clients, le renforcement du numérique, indique Jean-Pascal Tricoire. Les entités sous surveillance d’algorit[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi