La bourse ferme dans 7 h 41 min

Le jargon du bureau : "on se fait un post mortem" ?

Pitch, brief, kick-off et post mortem sont les différentes phases par lesquelles tout projet se doit de passer. Le post mortem, qui clôt définitivement un dossier, est le moment où l’on se réunit pour en faire le bilan et en tirer des enseignements. Les méthodes agiles, qui promeuvent le test and learn et le droit à l’erreur, ont consacré le retour en grâce de cette étape. Post mortem. Du latin post (après) et mortem (mort), l’expression détonne. Surprenant de voir une locution latine adoubée dans l’open space quand le jargon d’entreprise est truffé de termes anglosaxons. Etonnant d’évoquer la mort dans le monde des affaires quand toute notre communication corporate est colorée de rose.

Post mortem s’applique aussi aux sociétés mortes et enterrées. "Post mortem de Vine, projet porté puis tué par Twitter", titrait une dépêche de Bloomberg. La solennité de l’expression ritualise et parfois dédramatise. "Réunion post mortem autour d’un verre", tweete ainsi une association québécoise, se félicitant du succès d’une mission. Mais si celle-ci s’est mal déroulée, le post mortem devient d’autant plus précieux. Il en sonne le glas, en proclame la fin. Rédiger une nécrologie permet de faire son deuil.

>> A lire aussi - Le jargon du bureau : "sois résilient"

Avant, ce qu’on appelait encore une réunion de debriefing virait au règlement de comptes. Chacun s’accusait à demi-mot dans une ambiance funèbre qui évoquait les guerres de salon. Désormais, lors d’un post mortem, on se retrouve à la morgue. Le projet, c’est le cadavre. Le post mortem, l’autopsie. Au lieu de s’empoigner, on dissèque à froid ce qui s’est passé. Et chacun y va de son épitaphe. Le côté sérieux affranchit des risques de querelles de fin de récré. Ce cadre scientifique permet de croire qu’on n’est pas là pour juger un tel, mais pour découvrir la vérité. Tout le monde sait que le site a planté car on a ignoré la consigne d’une telle, mais là n’est pas le sujet. L’important est qu’on ait identifié la cause du décès.

Alexandre

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Kia va-t-il changer de logo ?
Tesla, Apple ou Google mis en cause dans la mort d'enfants dans des mines
SNCF, RATP... les Français majoritairement contre la grève des bénéficiaires des régimes spéciaux
Réforme des retraites : cette carte que pourrait abattre le gouvernement pour rassurer les syndicats
Impôt : comment éviter de vous casser la tête avec le prélèvement à la source de votre employé à domicile