La bourse ferme dans 1 h 17 min
  • CAC 40

    6 605,98
    -25,17 (-0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 106,45
    -15,98 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    34 420,68
    +223,86 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1967
    +0,0033 (+0,28 %)
     
  • Gold future

    1 787,10
    +10,40 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    27 850,37
    -722,40 (-2,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    799,72
    -42,93 (-5,09 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,61
    +0,31 (+0,42 %)
     
  • DAX

    15 554,94
    -34,29 (-0,22 %)
     
  • FTSE 100

    7 127,62
    +17,65 (+0,25 %)
     
  • Nasdaq

    14 341,39
    -28,31 (-0,20 %)
     
  • S&P 500

    4 275,64
    +9,15 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    29 066,18
    +190,95 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    29 288,22
    +405,76 (+1,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3921
    +0,0000 (+0,00 %)
     

Le jargon du bureau : "activer une ressource"

·1 min de lecture

Aujourd’hui, on active tout : sa caméra, un changement, un levier de croissance… «Le retour des pluies est activé», dit même la météo de France Inter. L’usage de ce verbe est devenu un réflexe qui ne tient vraiment pas du hasard. «Activer», c’est mettre en action. On active sa caméra : on déclenche son mécanisme pour qu’elle filme. On active les notifications d’une appli : on lui demande de nous signaler les nouveaux messages. Pas de zone grise. C’est activé (on) ou désactivé (off). Cette absence d’approximation fait que le verbe a rejoint le jargon du travail en mode projet. Comme implémenter, monitorer ou optimiser, activer sonne efficace et pro.

Quand un chef de projet annonce que la phase 1 du projet est activée, il rassure. Quand une étudiante tweete «Journée productive activée : ménage, sport + étirements, smoothie et révisions en cours en musique !», elle se rassure. Si, comme elle, vous voulez avoir l’esprit tranquille, ne dites pas : «Je vais appeler Stéphane pour qu’il s’occupe de la version anglaise du site.» Mais plutôt : «Je vais activer une ressource pour la trad.» Vous effacerez ainsi les questions pénibles de disponibilité, de motivation et de capacité de ladite ressource, bref, le facteur humain.

>> A lire aussi - Le jargon du bureau : "merci pour ton Retex"

L’humain, justement, nous serions d’autant plus prompts à l’activer que nous nous estimons capables d’anticiper ses comportements. Les algorithmes, la big data ou les neurosciences nous rendent tous «activables», (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme de l'assurance chômage : le Conseil d'Etat tranchera la semaine prochaine
L'emploi dans le privé a progressé au 1er trimestre
Assurance chômage : l’impact de la réforme, département par département, selon le PS
Formation : vers une remise à plat du CPF et de l’apprentissage ?
Télétravail : trois quarts des Français ne veulent pas revenir au bureau

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles