La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 708,81
    +158,54 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 189,21
    +96,36 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    31 872,52
    -499,38 (-1,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0573
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    17 373,03
    -238,84 (-1,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    25 386,95
    +532,02 (+2,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    575,80
    +11,01 (+1,95 %)
     
  • S&P 500

    4 302,88
    +28,37 (+0,66 %)
     

Jardin : l'art du treillage

Wikimedia Commons

Au temps des Romains, le treillage était destiné à soutenir les treilles, aussi appelées ceps de vigne. D’abord utilisée comme barrière ou palissade, cette invention prend une autre dimension à Versailles, avec André Le Nôtre, le jardinier de Louis XIV. Au XVIIe siècle, il propulse ce réseau de mailles au rang d’art : la clôture devient alors architecture. Quarante kilomètres de fantastiques décors baroques se déploient dans les jardins pour faire grimper des plantes, mais aussi créer du volume et faire vibrer les murs. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’ornement en treillage est récurrent, avec la construction de gloriettes, de pergolas et de tonnelles.

Il donne le ton

Indissociable du jardin à la française, il s’invite, aujourd’hui, dans des espaces plus contemporains, car des innovations dans les formes et les matériaux lui offrent une nouvelle jeunesse. Les classiques modèles en bois, losanges ou carrés sont revisités et se déclinent en motifs de plus en plus travaillés, découpés au laser, colorés… Le treillage (re)devient partie intégrante de l'aménagement et de la décoration des jardins et balcons. En mêlant son côté pratique à sa plus-value esthétique, il apporte caractère et structure.

L’architecture au jardin

En France, les treillageurs, joliment surnommés « menuisiers des jardins », sont très peu nombreux à exercer encore ce métier de manière artisanale. Pour assembler ces fines lattes, en bois de châtaignier, de frêne ou de pin maritime, ils travaillent à plat, sur une immense table. Ils tracent un gabarit, qui va leur servir de guide pour entrecroiser les lattes d’un panneau géant et former un maillage, l’élément constitutif du treillage.

Qu’il soit à plat ou composé – c’est-à-dire en trois dimensions –, ce savant jeu de mailles, qui reprend les codes de l’architecture, permet de créer des perspectives, des décors, des trompe-l’oeil et des séparations, quand il ne s’agit pas d’un simple support pour les plantes. Apparente fantaisie, servie par une grande maîtrise technique, cette dentelle de bois occupe une place à part dans l’art de vivre au jardin.

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi