Marchés français ouverture 4 h 57 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 399,80
    +68,43 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,2071
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 823,30
    +185,84 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    46 572,06
    -847,45 (-1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 461,05
    -10,37 (-0,70 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Le Japon possède le passeport le plus puissant, mais seulement dans un monde post-pandémique

·4 min de lecture

LONDRES, 13 avril 2021 /PRNewswire/ -- Alors que le déploiement des programmes de vaccination s'accélère dans certains pays, la reprise des voyages internationaux réguliers n'est plus un espoir abstrait. Les derniers résultats du classement Henley des passeports — le véritable classement de tous les passeports du monde en fonction du nombre de destinations auxquelles leurs détenteurs peuvent accéder sans visa préalable - donnent un aperçu exclusif de ce que pourrait être la liberté de voyager après la pandémie, les pays du monde entier commençant sélectivement à ouvrir leurs frontières aux visiteurs internationaux.

Si l'on ne tient pas compte des restrictions de voyage temporaires et en constante évolution imposées par le Covid-19, le Japon conserve fermement la première place du classement - qui repose sur des données exclusives de l'Association internationale du transport aérien (IATA) — les détenteurs de passeports japonais pouvant théoriquement accéder à un nombre record de 193 destinations dans le monde sans visa. Singapour conserve sa 2e place, avec un score de 192 sans obligation de visa/visa à l'arrivée, tandis que l'Allemagne et la Corée du Sud se partagent à nouveau la 3e place, chacune ayant accès à 191 destinations.

Comme cela a été le cas pendant la majeure partie des 16 années d'existence du classement, la majorité des 10 premières places restantes sont occupées par des pays de l'UE. Le Royaume-Uni et les États-Unis, qui continuent tous deux à faire face à une érosion constante de la force de leurs passeports depuis qu'ils occupaient la première place en 2014, se partagent actuellement la 7e place ex-aequo avec un score de 187 sans obligation de visa/visa à l'arrivée.

Les derniers résultats indiquent que l'écart en termes de liberté de voyager est désormais le plus important depuis le début du classement en 2006, les détenteurs de passeports japonais pouvant accéder à 167 destinations de plus que les citoyens afghans, qui ne peuvent visiter que 26 destinations dans le monde sans obtenir de visa au préalable.

Bien que le classement Henley des passeports ait très peu bougé au cours des quinze derniers mois depuis l'épidémie de la Covid-19, le fait de prendre du recul révèle une dynamique intéressante au cours des dix dernières années. Au deuxième trimestre 2021, la Chine est entrée pour la première fois dans le peloton de tête des pays ayant le plus progressé au cours des dix dernières années. La Chine a gagné 22 places dans le classement depuis 2011, passant de la 90e position avec un score d'exemption de visa/visa à l'arrivée de seulement 40 à la 68e position avec un score de 77. Toutefois, l'évolution la plus remarquable dans le classement est de loin celle des Émirats arabes unis, qui poursuivent leur ascension fulgurante. En 2011, les EAU étaient classés au 65e rang avec un score de 67 pour l'exemption de visa/visa à l'arrivée, alors qu'aujourd'hui, grâce aux efforts constants des Émirats pour renforcer les liens diplomatiques avec les pays du monde entier, ils sont classés au 15e rang avec un score de 174.

Dr. Christian H. Kaelin, président de Henley & Partners et inventeur du concept de classement des passeports, affirme que l'année écoulée a démontré qu'aucun gouvernement n'est infaillible - même les superpuissances et les nations les plus riches du monde ont vacillé - et beaucoup ont laissé tomber leurs citoyens. « Si personne ne s'attend à un retour rapide aux niveaux de mobilité d'avant la pandémie, les perspectives sont certainement plus encourageantes qu'il y a quelques mois. Ce dernier classement nous rappelle que la reprise économique et le développement dépendent de la mobilité mondiale, y compris de la liberté de circulation, et que le pouvoir des passeports ne doit jamais être considéré comme acquis. »

Dans le Global Mobility Report 2021 Q2 publié aujourd'hui par Henley & Partners les experts s'interrogent sur ce que réserve le reste de l'année 2021 et suggèrent que l'adaptabilité et la réactivité seront essentielles à la survie et au succès futurs. Dr. Parag Khanna, fondateur et directeur associé de FutureMap, estime que le second semestre pourrait bien voir des millions de personnes se disperser à nouveau. « L'évolution des modèles de migration dans le monde post-Covid (quand il arrivera) sera non linéaire et peut-être imprévisible. Ils imiteront la réalité d'un monde dans lequel de nombreuses crises auront lieu, des pandémies au changement climatique en passant par la polarisation politique. Les pays confrontés à des pressions budgétaires ainsi qu'à des pénuries de main-d'œuvre qualifiée et d'investissements chercheront à attirer et à recruter tout le monde, des jeunes entrepreneurs qui peuvent stimuler l'innovation aux médecins et aux infirmières qui peuvent dynamiser les services de santé publique. La guerre mondiale pour les talents est désormais bien engagée. »

Lisez le rapport complet sur la mobilité mondiale 2021 T2 et le communiqué de presse complet.

Contact pour les médias :

Sarah Nicklin

Chef de groupe des relations publiques

sarah.nicklin@henleyglobal.com