La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,92 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1644
    +0,0014 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    -3,20 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    52 382,19
    -573,23 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,70 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +0,22 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,38 (+0,45 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,25 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,43 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3753
    -0,0042 (-0,31 %)
     

Japon: Fumio Kishida, un futur Premier ministre consensuel sans audace

·2 min de lecture

PORTRAIT - Le Parti libéral démocrate japonais, principale formation de la majorité parlementaire, vient de désigner son nouveau chef de file qui deviendra automatiquement le 100ème Premier ministre du Japon: Fumio Kishida. Personnalité rassurante, il est loin d'être un grand réformateur.

Le suspense aura été de courte durée. Au terme d’un scrutin interne, le Parti libéral démocrate (PLD), principale formation de la majorité parlementaire au Japon, a choisi son “champion” - et, automatiquement, le prochain Premier ministre du pays. Ce mercredi 29 septembre, au terme d’une campagne où chacun affichait, plutôt que quatre programmes, quatre nuances d’un même conservatisme. Le plus iconoclaste d’entre eux, Taro Kono, avait suscité un authentique intérêt médiatique et populaire avec des prises de positions plutôt audacieuses dans son parti (, mariage pour tous…).

De l’autre côté du spectre, Sanae Takaichi était la représentante de ce qu’on appellerait en France une “extrême-droite décomplexée”, revancharde et ultra-conservatrice (visite au sanctuaire nationaliste Yasukuni, format traditionnel du mariage…). Le mode de scrutin mélangeait savamment une consultation des adhérents avec un vote des élus -avec une pondération très favorable pour les seconds. Résultat: sans surprise, Fumio Kishida, aux positions et à la personnalité consensuelles, a rassemblé le plus de suffrages. Le nom du prochain Secrétaire général du parti, lui aussi clé dans la complexe architecture du pouvoir nippon, devrait être connu dans la soirée.

Un gestionnaire prévisible

Qu’en attendre? Fumio Kishida est davantage un bureaucrate qu’un homme politique. Compétent, sérieux, il est apprécié des hauts fonctionnaires comme des députés et sénateurs pour son entregent, sa courtoisie et sa prévisibilité. Sur le plan intérieur, il sera probablement davantage un gestionnaire qu’un visionnaire. Pendant la campagne, il a aligné les propositions vagues et sages, sans audace. Ce, alors que le pays a un besoin criant de réformes. “Le Japon est 29ème sur les 29 pays de l’OCDE en terme de productivité par habitant. Les salaires continuent de baisser. 40% des travailleurs sont en situation précaire”, rappelait l’économiste Richard Katz lors d’un récent symposium consacré à l’Archipel. “Avec Taro Kon[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles