La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 738,38
    +1 098,63 (+2,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Le Japon emprunte à tout va, sans risque… à lui-même!

·2 min de lecture

La politique du gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, dite de "bazooka monétaire" a propulsé l'endettement du pays à 266 %. Un record dont l'Archipel semble parfaitement s'accommoder.

De notre correspondant à Tokyo

Qui détient, parmi les grands pays industrialisés, le ? Le , et il semble parfaitement s'en accommoder. Huit ans après la politique d'ultra-assouplissement dite de "bazooka monétaire" lancée par le gouverneur de la Banque du Japon Haruhiko Kuroda, l'Archipel caracole avec insouciance sur les cimes de l'endettement (266 %), soit plus de deux fois et demi le ratio américain (100 %), plus du double aussi de l'inquiétant ratio français (116 %). Ce dans une économie sans croissance depuis des années et avec une population vieillissante.

En 2020, le ministère des Finances s'est surpassé, profitant de l'épidémie de Covid-19 pour s'offrir une véritable saturnale : l'équivalent , soit autant que les quatre années précédentes cumulées. Aveuglement ? Fuite en avant ? Pas tout à fait.

Lire aussi

Accoutumance à la monnaie magique

Le Japon ne risque rien avant longtemps sur le front de sa dette publique, assure Richard Katz, rédacteur en chef de The Oriental Economist Report , qui achève son prochain ouvrage sur l'économie nipponne. "Les pays qui ont connu une crise de la dette avaient tous les mêmes caractéristiques simultanément - un déficit budgétaire chronique et un endettement élevé auprès d'investisseurs étrangers -, résume t-il. Or, puisque la dette du Japon est émise par son ministère des Finances et presque intégralement souscrite, indirectement, par sa banque centrale, elle n'a pas vraiment d'importance. Le Japon se doit cet argent à lui-même. Personne ne peut dire à quel moment la dette sera intolérable. »

Mais cette accoutumance à la monnaie magique a bien un effet nocif sur l'économie. En s'habituant à emprunter à des taux nuls, voire négatifs, l'Etat a pris des aises de pétromonarchie : cette rente monétaire (41 % des recettes budgétaires en 2021) l'incite à la même désinvolture que s'il avait une rente pétrolière. Les budgets publics augmentent chaque année, sans débat sur le contrôle de la dépense.

En 2012, Shinzo Abe avait promis d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi