La bourse ferme dans 2 h 32 min
  • CAC 40

    5 825,02
    -5,63 (-0,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 701,14
    -3,71 (-0,10 %)
     
  • Dow Jones

    30 924,14
    -345,96 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1922
    -0,0057 (-0,48 %)
     
  • Gold future

    1 695,60
    -5,10 (-0,30 %)
     
  • BTC-EUR

    40 403,74
    -1 308,16 (-3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    962,78
    -24,43 (-2,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,49
    +1,66 (+2,60 %)
     
  • DAX

    14 019,56
    -36,78 (-0,26 %)
     
  • FTSE 100

    6 686,69
    +35,81 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    12 723,47
    -274,33 (-2,11 %)
     
  • S&P 500

    3 768,47
    -51,25 (-1,34 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3824
    -0,0070 (-0,50 %)
     

"J'ai perdu totalement le contrôle" : l'ancien agent de la DGSI qui vendait des informations sur le darknet témoigne

Stéphane Pair
·1 min de lecture

"À un moment donné, la machine s'est un peu emballée, et puis, j'ai perdu totalement le contrôle", témoigne vendredi 22 janvier sur franceinfo Cédric D. alias "Haurus", un ancien agent de la DGSI à l’origine de l’un des scandales les plus retentissants au sein du renseignement intérieur français. Sous le nom de code "Haurus", cet enquêteur anti-terroriste a vendu sur le darknet au plus offrant des informations confidentielles tirées de fichiers de police avant d’être identifié et interpellé par ses propres collègues au siège de la DGSI en septembre 2018. Aujourd'hui libre, "Haurus" dit assumer ses erreurs passées. Il devrait être jugé d’ici la fin de l’année avec plusieurs de ses complices et clients.

franceinfo : Comment avez-vous commencé à vendre des informations confidentielles ?

Cédric D. : C'est au cours d'une enquête judiciaire au sein de mon service que j'ai eu à fréquenter le darknet. C'est en contactant différentes personnes pour pouvoir répondre à des questionnements que j'avais dans cette enquête que je suis tombé sur un internaute qui touche un petit peu à tous les domaines et qui voyait que j'avais un phrasé différent des autres utilisateurs du forum. Insidieusement, il m'a posé la question : "Est-ce que tu ne (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi