La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 322,69
    -71,06 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 076,67
    -97,48 (-0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2133
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    33 973,88
    +707,92 (+2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 022,44
    +11,83 (+1,17 %)
     
  • S&P 500

    4 249,21
    -5,94 (-0,14 %)
     

Pas de jackpot pour l’ancien n°2 de Charlie Hebdo

·1 min de lecture

L’argent des morts n’a pas fini de pourrir la vie de Charlie Hebdo. Souvenez-vous : après les attentats de janvier 2015, 8 millions de Français avaient acheté l’hebdomadaire, générant 24 millions d’euros de recettes. Puis 240.000 abonnements avaient été souscrits, faisant rentrer dans les caisses 20 millions d’euros supplémentaires. L’un dans l’autre, le chiffre d’affaires avait atteint 63 millions d’euros cette année-là.

Depuis, le “poison des millions” n’a cessé de générer les dissensions au sein du journal satirique. Dernière en date: Eric Portheault, l’ancien comptable devenu directeur général, réclamait 1,8 million d’euros en échange de ses 33% du capital. Mais le tribunal de commerce de Paris vient de le débouter, et l’a condamné à payer 5.000 euros de frais de justice au journal et à Riss, le directeur de la publication qui détient le reste du capital.

Pour réclamer sa part du gâteau, Eric Portheault se basait sur les statuts de la société éditrice du journal. Ces statuts stipulent que les actionnaires du journal sont uniquement ses salariés. Or, en janvier 2018, Eric Portheault a été licencié et a rendu son mandat social. Dès lors, l’hebdomadaire doit lui racheter sa participation de 33%. Pour fixer le prix des actions, Eric Portheault invoquait une autre clause des statuts qui impose une formule de calcul du prix. Cette formule se base sur les fonds propres des trois dernières années. Or ces fonds propres ont explosé grâce aux ventes de 2015, et dépassent aujourd’hui 16 (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pour booster la vaccination, une compagnie aérienne promet des gros lots à gagner
Bruno Bich, fils du fondateur de Bic, est décédé
Nestlé en difficulté, de nombreux produits ne répondent pas à "la définition de santé"
Bitcoin, Ethereum… les cryptomonnaies désormais accessibles à la Bourse de Paris
L’Iran veut tripler sa production de pétrole, une “priorité” pour doper sa “puissance”