La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,40 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    30 900,96
    +1 072,22 (+3,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,07 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,12 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,87 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,23 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

De Jack Ma à TikTok, pourquoi Pékin reprend le contrôle des géants de la tech chinoise

·1 min de lecture

Jack Ma ne sera peut-être bientôt plus que le souvenir amusant d'un chef d'entreprise extravagant dans le monde des affaires. L'ancien PDG d'Alibaba est pourtant le grand patron chinois le plus connu à l'étranger, mais c'est aussi cette volonté de se mettre en avant qui lui aura attiré les foudres de Pékin. Depuis octobre dernier, le gouvernement chinois ne cesse resserrer la vis autour de l'homme d'affaires : d'abord avec la suspension de l'entrée en bourse de sa plateforme de paiement Ant Group, puis une mystérieuse disparition du patron entre octobre et janvier dernier, une colossale amende de 2,3 milliards d'euros pour pratiques monopolistiques en avril et dernièrement la démission (forcée ?) de l'école de commerce qu'il a lui même créé.

Le 24 mai, d’après le Financial Times, Jack Ma a en effet, quitté la présidence de l’un de ses projets les plus personnels : Hupan (« au bord du lac »), un établissement fondé en 2015 pour former l’élite des chefs d’entreprise du pays.

À lire aussi — Le milliardaire Jack Ma a refait surface dans une vidéo de 50 secondes, selon les médias d'Etat chinois

L'origine de cette disgrâce ? Le 24 octobre, l'extravagant homme d'affaire critique le système bancaire chinois, qualifiant ses responsables de prêteur à gages et vantant les mérites de son propre outil de paiement, le tout devant un parterre d'officiels du régime et moins d'une heure après le discours de Wang Qishan, le vice président de la république populaire de Chine. Ce jour là, Jack Ma (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ces 10 photos spectaculaires de la Voie lactée montrent comment notre galaxie illumine le ciel
OVNIS : le gouvernement américain va publier un rapport le mois prochain
Sanofi lance les essais à grande échelle pour son vaccin contre le Covid-19
Amazon va racheter le studio MGM à qui l'on doit la saga James Bond
La SNCF dévoile le TGV du futur