Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 246,51
    +32,16 (+0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,42
    -33,91 (-2,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

"J’aurais pu me tuer" : une maire, victime de sabotage, raconte son angoisse

diegoparra / PIxabay

Malgré les risques, elle ne compte rien lâcher. Dans les colonnes du Parisien, dimanche 14 mai 2023, Anne-Françoise Piédall, maire sans étiquette de Plougrescant, commune située dans les Côtes-d’Armor en Bretagne, a raconté avoir elle aussi été victime de sabotage. Lundi 8 mai 2023, l'élue s'est rendue compte que son véhicule avait été saboté et que les conséquences auraient pu être terribles. Elle avait remarqué un problème avec ses freins. "La pédale ne répondait plus du tout", s'est-elle ainsi souvenue. Pour se rendre aux commémorations du 8 mai, elle avait donc demandé à une personne de son entourage de l'y conduire sans penser que son véhicule aurait pu être visé volontairement. "À ce moment-là, je me dis que je ne dois pas être parano." Seulement, le lendemain, son garagiste est formel : les quatre flexibles de sa voiture ont été sectionnés. Sans réfléchir, la maire a été déposée plainte et une enquête pour tentative d’homicide et menaces de mort réitérées a été ouverte.

Nos confrères rappellent que ce sabotage est intervenu alors que la municipalité doit faire face à la colère de certains habitants de Plougrescant. La raison : sa décision d'augmenter le loyer du médecin de la commune qui menace donc de quitter les lieux. Certains de ses conseillers ne se sentent plus en sécurité. "J’avais reçu des menaces de mort par personnes interposées, ainsi que des menaces de brûler la mairie", a encore raconté la maire en faisant référence à ce qu'elle a pu lire sur les réseaux sociaux. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite