La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 506,13
    -1 498,14 (-4,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Jérusalem, ville triplement sainte au centre de la discorde

·4 min de lecture

La ville de Jérusalem – Yerushalayim en hébreu et al-Qods en arabe – est le carrefour des trois grandes religions monothéistes : le judaïsme, l’islam et le christianisme. Elle revêt pour chacune d’entre elles une importance religieuse, incarnée respectivement par trois lieux symboliques : le mur des Lamentations, la mosquée Al-Aqsa et l’église du Saint-Sépulcre.

Carrefour de la sainteté

Pour les juifs, le "kotel" ou mur des Lamentations est le site le plus sacré où ils peuvent prier. Ce mur est le dernier vestige du second temple juif détruit en 70 après J.-C. par les Romains. Partout dans le monde, les juifs prient en direction de Jérusalem et, selon les enseignements rabbiniques juifs, le Temple sera reconstruit à la venue du Messie. Jérusalem et le Temple – où se trouvait le "Saint des Saints", le site le plus sacré du judaïsme – restent encore aujourd’hui au cœur de la pensée et de la prière juives traditionnelles.

Pour les musulmans, la mosquée Al-Aqsa est le troisième lieu saint de l’islam. Elle se situe sur l’esplanade des Mosquées – où se dresse également le sanctuaire du Dôme du Rocher –, un espace nommé Haram al-Sharif en arabe et que les juifs appellent mont du Temple – le lieu le plus sacré du judaïsme. Selon les interprétations traditionnelles du Coran, c’est à cet endroit que le prophète Mahomet s’est rendu depuis La Mecque et de cet endroit qu’il est monté aux cieux pour converser avec les prophètes, avant de revenir sur Terre. Chaque vendredi du mois du ramadan, des centaines de milliers de musulmans viennent prier à la mosquée Al-Aqsa.

>> À voir : Jérusalem, une ville sainte disputée par Israéliens et Palestiniens

Pour les chrétiens, Jérusalem est un lieu de pèlerinage majeur car la Vieille ville abrite entre ses murs l’église du Saint-Sépulcre. Selon la tradition, ce site, le plus important sanctuaire de la chrétienté, est bâti sur le lieu où Jésus-Christ a prêché, a été crucifié et est ressuscité, et il abrite son tombeau. De nombreux fidèles considèrent également que Jérusalem est au cœur de sa seconde venue imminente.

Une capitale doublement revendiquée

Politiquement, Jérusalem cristallise les tensions du conflit israélo-palestinien. Israël, d’une part, et les autorités palestiniennes, d’autre part, considèrent tous deux cette ville comme leur capitale.

En 1967, la guerre des Six-Jours éclate et Israël annexe Jérusalem-Est. Treize ans plus tard, en 1980, une loi fondamentale entérine le statut de Jérusalem comme capitale "éternelle et indivisible" d'Israël. Cette décision n'a pas été reconnue par la communauté internationale, qui considère Jérusalem-Est comme "occupée". Mais la position de l'État hébreu reste inchangée, les autorités israéliennes estimant que la ville est "la capitale du peuple juif depuis 3 000 ans".

Du côté palestinien, des voix revendiquent aussi Jérusalem comme capitale. L'Autorité palestinienne, interlocutrice de la communauté internationale et d'Israël, revendique Jérusalem-Est comme la capitale d'un futur État palestinien indépendant. Le mouvement islamiste Hamas, quant à lui, ne reconnaît pas Israël et évoque l’ensemble de la ville de Jérusalem comme la capitale d'un futur État de Palestine.

Consensus international jusqu’en 2017

Sur la scène internationale, le statut de Jérusalem a fait consensus pendant des décennies. Depuis 1980 et sa "résolution 478" où elle considère que "l'acquisition de territoire par la force est inadmissible", l’ONU ne reconnaît pas l’annexion de Jérusalem-Est par Israël, qui s’est faite selon elle "en violation du droit international".

Une position partagée par l’ensemble de la communauté internationale, mais dont le consensus a été fissuré par les États-Unis, en décembre 2017. Donald Trump a alors reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et a décidé d'y transférer l’ambassade américaine, qui était jusqu’alors basée à Tel-Aviv.

Les Nations unies, réunies en urgence, n’ont pas changé de position. Pour l’organisation internationale, le statut final de Jérusalem doit être négocié entre les parties : "Jérusalem est une question qui relève du statut final et qui doit être réglée par la voie de la négociation, comme le prévoient les résolutions pertinentes des organes de (l’ONU)". La vision internationale largement répandue reste celle de Jérusalem à la fois comme la capitale d'Israël et d'un État palestinien indépendant.