Marchés français ouverture 2 h 45 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 122,20
    -563,17 (-1,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,2066
    +0,0025 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    29 105,73
    -0,42 (-0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    45 550,05
    -1 903,46 (-4,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 234,42
    -64,54 (-4,97 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Iumtek: des analyseurs chimiques temps réel

·2 min de lecture

Iumtek a pour vocation de concevoir des analyseurs chimiques temps réel in situ industriels et performants. Plus particulièrement, des analyseurs élémentaires LIBS (Laser Induced Breakdown Spectroscopy). Cette start-up fait partie de la sélection "100 start-up où investir en 2021” de Challenges.

Capitaux recherchés: 1 million d’euros

Une sonde capable de plonger dans de l’acier en fusion, à 1.500°, pour relever, en temps réel la constitution chimique du métal et repérer les éventuels éléments indésirables qui s’y seraient glissés. Ou encore un capteur placé au pied des cheminées d’usines pour analyser la composition des particules nanométriques des fumées, là aussi en flux continu. Iumtek, créée en 2017 par l’ingénieur en microélectronique Ronald Berger-Lefébure, 54 ans, ambitionne d’optimiser les process de fabrication industriels en leur permettant d’être plus sobres dans l’exploitation des ressources naturelles et moins énergivores. Intégrée dans l’accélérateur d’Air Liquide aux Loges-en-Josas (Yvelines), détenue à 20% par le CEA Investissement, la société a pour l’heure vendu ses instruments de diagnostic d’éléments chimiques, qu’elle conçoit et fabrique elle-même, au CEA, en Israël, ainsi qu’à une université américaine. Mais des échanges ont aussi lieu avec des industriels, des sidérurgistes Arcelor-Mittal, Rio Tinto, Constellium…

"En menant ainsi un diagnostic en temps réel, notre solution limite les rebuts et participe donc à une production plus efficace et plus écologique", argumente Ronald Berger-Lefébure. Même chose pour les industries extractives, puisque les instruments commercialisés doivent permettre de couper court aux prélèvements d’échantillons, au profit d’une analyse en temps réel de la matière première. Phénomène rare pour une jeune pousse, іUMTEK est bénéficiaire depuis sa première année d’existence, avec plus de 300.000 euros de chiffre d’affaires sur 2020. Cette performance tient au prix élevé de sa solution deep tech. Le démarchage commercial devra donc être d’autant plus convaincant auprès des industriels.

Contact: ronald.bergerlefebure@iumtek.com

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi