Marchés français ouverture 58 min

Italie : le gouvernement antisystème va-t-il faire basculer le pays et la zone euro dans la crise ?

Alors qu’en Italie, le Mouvement 5 Étoiles et La Ligue s’apprêtent à former le premier gouvernement antisystème d’Europe de l’Ouest, La Banque Postale Asset Management jauge le risque de crise pour le pays… et l’ensemble de la zone euro.

La situation politique est explosive en Italie. Après de nombreux atermoiements, le Mouvement Cinq Étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême-droite) vont bientôt former le premier gouvernement antisystème du pays, après le retrait du principal obstacle, Silvio Berlusconi. Les chefs de file des deux formations ont évoqué dans un communiqué "un climat positif pour définir le programme et les priorités du gouvernement". Matteo Salvini (Ligue) et Luigi Di Maio (M5S) ont indiqué vouloir s’attaquer aux problèmes du pays, et plancher en particulier sur la réforme des retraites et l'emploi.

Même si l’économie italienne se porte mieux, sa croissance souffre encore de la comparaison avec certains autres membres de la zone euro. De nombreux maux persistent, tels l’importance du chômage - qui ressort à plus de 11% et même à 33% chez les jeunes -, la mauvaise compétitivité-coûts du pays et la faible croissance de sa productivité depuis le début du siècle. Dans ce nouveau contexte politique incertain, Stéphane Déo et Hervé Goulletquer, stratégistes chez La Banque Postale Asset Management, reviennent sur les perspectives de l’Italie et de la zone euro.

>> A lire aussi - L’Italie va-t-elle sombrer, en emportant la France et la zone euro ?

Capital.fr : Luigi Di Maio et Matteo Salvini ont annoncé dimanche avoir trouvé un accord sur un programme de gouvernement et un nom pour le poste de Premier ministre. Faut-il redouter un scénario d’inertie, de paralysie, si des divergences devaient cependant apparaître entre les deux partis ?

Hervé Goulletquer : La Ligue et le M5S sont tous deux des porte-voix de la contestation et du mal-être de la population italienne. Leurs vues sont toutefois relativement (...) Cliquez ici pour voir la suite