Publicité
La bourse ferme dans 6 h 28 min
  • CAC 40

    7 677,56
    +48,99 (+0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 942,78
    +35,48 (+0,72 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0717
    +0,0019 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    2 343,50
    +12,30 (+0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 598,09
    -1 479,37 (-2,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 293,87
    -15,85 (-1,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,95
    +0,22 (+0,27 %)
     
  • DAX

    18 273,69
    +110,17 (+0,61 %)
     
  • FTSE 100

    8 278,07
    +40,35 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 804,65
    +208,18 (+0,54 %)
     
  • HANG SENG

    18 027,71
    -0,81 (-0,00 %)
     
  • GBP/USD

    1,2659
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Italie: Donnarumma encore copieusement sifflé par le public San Siro

Italie: Donnarumma encore copieusement sifflé par le public San Siro

Gianluigi Donnarumma (24 ans) aura vécu une pénible trêve internationale avec l’Italie. Très critiqué après le match nul en Macédoine (1-1) le week-end dernier, le gardien a de nouveau été copieusement sifflé par le public de San Siro mardi lors du match face à l’Ukraine (2-1), comptant pour les qualifications à l’Euro 2024. Son nom a été hué lors de l’annonce des joueurs avant la rencontre puis sur chaque touche de balle. Une partie du public a tenté de riposter en acclamant le joueur du PSG sans parvenir à masquer la bronca.

La bronca s'annonce énorme lors du choc AC Milan-PSG le 7 novembre

Ce n’est pas la première fois que "Gigio" est la cible de la colère des spectateurs du stade milanais, celui où il évoluait lorsqu’il portait les couleurs de l’AC Milan, son club formateur, jusqu’en 2021. Les supporters rossoneri n’ont toujours pas digéré son départ, libre, pour rejoindre le PSG. Et ils le lui font savoir à chacune de ses visites depuis.

Donnarumma avait ainsi été pris à partie le 6 octobre 2021 lors de la demi-finale de la Ligue des nations face à l’Espagne (1-2), disputée à San Siro quelques mois seulement après son départ de Milan pour Paris. Considéré comme un traître, il avait vu des banderoles fleurir dans le stade pour lui signifier qu’il n’était pas le bienvenu. Cela avait recommencé un an plus lors d’un autre match de Ligue des nations entre l’Italie et l’Angleterre (1-0, 23 septembre 2022).

PUBLICITÉ

Ces mêmes scènes se sont donc reproduites mardi pour sa troisième visite en deux ans à San Siro. Mais le vacarme devrait être bien puissant encore le 7 novembre prochain. Ce jour-là, il reviendra à Milan avec le PSG en Ligue des champions et défiera son ancienne équipe en compétition officielle pour la première fois depuis son départ. L’hostilité sera bien plus féroce que celle dont il a fait face en sélection face à un public avant tout là pour soutenir sa sélection. Mais qui lui a déjà donné un avant-goût de l’accueil qui lui sera réservé.

Article original publié sur RMC Sport