Marchés français ouverture 3 h 43 min
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    28 797,65
    -761,45 (-2,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    29 118,30
    -762,12 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    41 257,16
    +445,39 (+1,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    995,30
    +7,20 (+0,73 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

Islamo-gauchisme, décolonialisme... Stop à l'excommunication stalinienne à l'université

·2 min de lecture

EDITO - Enseignants et chercheurs réclament la démission de Frédérique Vidal après ses propos sur l’islamo-gauchisme dans un brûlot où la tolérance, l’échange libre, l’écoute de l’autre, conditions même de la recherche et de l’enseignement, font défaut.

Les universités, les étudiants, leurs enseignants sont en détresse Covid, et voilà que certains leur infligent une "guerre civile" qui ne peut qu’aggraver une situation pourtant particulièrement déprimante. La ministre Frédérique Vidal a certes allumé le feu en affirmant que "l’islamo-gauchisme gangrène les universités", sans doute eut-il été préférable qu’elle consacre toute son énergie à . Mais puisque la polémique est désormais incandescente, elle mérite d’être discutée et analysée. Disons tout net que la pétition demandant "avec force la démission" de , signée par 600 universitaires d’abord, puis 4.000, est un brûlot excessif qui comporte amalgames, outrances et violences. Au point qu’on peut se demander comment et pourquoi tant d’esprits en principe éclairés ont pu s’égarer à le parapher.

Lire aussi

On dira que ont dû se sentir particulièrement blessés pour faire preuve de tant de virulence, de haine, jusqu’à nuire aux idées qu’ils défendent. Accuser la ministre "d’indigence … d’indignité … de lâcheté". Lui reprocher "de diffamer une profession et au-delà une communauté qu’elle devrait protéger" ou encore d’agir "comme dans la Hongrie de Orban où on cible les travaux sur la discrimination raciale ou comme dans le Brésil de Bolsonaro ou la Pologne de Duda"... Voilà qui ne faisait pas montre de subtilité ni qui n’était de nature de renvoyer la ministre-chercheuse à ses recherches. On est là dans l’excommunication radicale, stalinienne, certainement pas dans la confrontation d’idées ou d’échange scolastique. Une telle agressivité est de nature à confirmer que les atteintes aux libertés commises contre plusieurs philosophes, tels Sylviane Agacinski, Alain Finkielkraut ou Elisabeth Badinter sont loin d’être des actes isolés.

Un nouvel ordre unique de pensée et de décryptage du monde

Sans doute la ministre s’est-elle montrée maladroite, fracturant sur le sujet le gouvernement, la majorité parlementaire, et contraignant in fine Emmanuel Macron à un commentaire offici[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi