La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 515,75
    +105,17 (+1,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 808,86
    +68,55 (+1,83 %)
     
  • Dow Jones

    33 212,96
    +575,77 (+1,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 857,30
    +3,40 (+0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    26 885,62
    -42,75 (-0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    625,79
    -3,71 (-0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    115,07
    +0,98 (+0,86 %)
     
  • DAX

    14 462,19
    +230,90 (+1,62 %)
     
  • FTSE 100

    7 585,46
    +20,54 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    12 131,13
    +390,48 (+3,33 %)
     
  • S&P 500

    4 158,24
    +100,40 (+2,47 %)
     
  • Nikkei 225

    26 781,68
    +176,84 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    20 697,36
    +581,16 (+2,89 %)
     
  • GBP/USD

    1,2631
    +0,0025 (+0,20 %)
     

Irlande : ils auraient emmené le cadavre d'un proche à la poste pour toucher sa retraite

·2 min de lecture
L'incident s'est produit dans la petite ville de Carlow, dans le sud-est de l'Irlande (Photo : Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Alors que les deux suspects affirment que la victime est morte subitement sous leurs yeux, les premiers éléments de l'enquête semble indiquer que le décès était antérieur.

La police irlandaise cherche encore à démêler le vrai du faux. Après la découverte du cadavre d'un homme dans un bureau de poste de la ville de Carlow (Irlande), deux hommes sont soupçonnés d'y avoir amené la victime alors qu'elle était déjà décédée, dans le but de récupérer sa pension de retraite.

"Il était vivant quand nous avons quitté la maison"

Selon Le Dauphiné Libéré, les deux suspects nient les faits et assurent que le décès s'est produit sur place, subitement. "Il était vivant quand nous avons quitté la maison, affirme ainsi l'un des deux hommes, cité par Le Dauphiné Libéré. Il est probablement mort au bureau de poste - je crois qu’il s’est effondré vers le congélateur où se trouvent les crèmes glacées".

Cette version des faits aurait toutefois été mise à mal par les premiers examens menés par la police, ainsi que par l'autopsie. Si cette dernière a démontré que la mort était naturelle et ne résultait pas d'un acte criminel, elle a également fourni aux forces de l'ordre des raisons de penser que le décès n'était pas survenu vers 11h du matin, lorsque le défunt se trouvait au bureau de poste, mais plus probablement quelques minutes ou dizaines de minutes plus tôt.

Les deux suspects avaient déjà essayé de toucher la pension de retraite de la victime

D'après The Irish Times, la police cherche désormais à déterminer avec certitude si la victime était déjà décédée lorsque les deux suspects l'ont accompagnée au bureau de poste, qui se trouvait à 500 mètres de son domicile. "Nous examinons des éléments tels que des déclarations de témoins et des enregistrements de vidéo-surveillance pour voir dans quel état il se trouvait lorsqu'il a été emmené de sa maison au bureau de poste."

Tous deux âgés d'une trentaine d'années, les suspects, qui étaient apparemment des proches de la victime, âgée de 66 ans, pourraient faire l'objet de poursuites judiciaires en fonction de l'évolution de l'enquête. D'après Le Dauphiné Libéré, ils avaient déjà tenté précédemment de toucher la pension de retraite du sexagénaire à sa place, prétextant que ce dernier était malade.

VIDÉO - Elle touche la retraite de son mari pendant plusieurs années en cachant son décès

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles