La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0392
    -0,0021 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 755,00
    +9,40 (+0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    15 936,93
    -47,24 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,55
    -1,39 (-1,78 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,78 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,07 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2073
    -0,0041 (-0,34 %)
     

IRIS² : le « Starlink » souverain de l’Europe sera quantique

quantique lumière
quantique lumière

IRIS² est le nom de la future constellation souveraine de l’Union européenne. Objectif : proposer un équivalent à Starlink, pour assurer l’autonomie de l’Europe. Parmi ses caractéristiques à venir : la cryptographie quantique.

C’est désormais acté : l’Union européenne (UE) aura prochainement une troisième constellation satellitaire. Son nom ? IRIS², qui signifie « Infrastructure de Résilience et d’Interconnexion Sécurisée par Satellites de l’Europe ». Il s’agit de fournir une nouvelle structure spatiale souveraine, pour ne pas dépendre de groupes étrangers.

L’officialisation d’IRIS² a été faite le 17 novembre 2022 par Thierry Breton, le commissaire européen en charge de la défense, du numérique, de l’espace et de la politique industrielle. C’est en effet ce jour qu’un accord tripartite a été conclu entre la Commission, le Parlement et le Conseil, qui réunit les gouvernements des États membres de l’UE.

IRIS², nouvelle constellation souveraine de l’UE

Le projet IRIS² était déjà dans les cartons depuis plusieurs mois. En tout début d’année, le même Thierry Breton faisait état du souhait de Bruxelles que l’Europe se dote de sa propre constellation de satellites pour aller sur Internet, pour ne pas avoir à compter sur Starlink — la solution d’Elon Musk — et, plus généralement, de n’importe quel prestataire américain ou chinois.

Déjà à l’époque, le commissaire européen évoquait quelques caractéristiques de ce futur essaim : des satellites de quelques centaines à quelques milliers d’unités,

[Lire la suite]