Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 583,45
    +459,82 (+0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 445,85
    -22,25 (-1,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

En Irak, mort du soldat français Nicolas Mazier, dans une opération antiterroriste

Nicolas Mazier, a été tué ce lundi 28 août en Irak lors d’une opération antiterroriste en appui de l’armée irakiennne. (image d’illustration)
Nicolas Mazier, a été tué ce lundi 28 août en Irak lors d’une opération antiterroriste en appui de l’armée irakiennne. (image d’illustration)

ARMÉE - Un militaire des forces spéciales françaises, Nicolas Mazier, a été tué ce lundi 28 août en Irak lors d’une opération antiterroriste en appui de l’armée irakienne, a annoncé mardi l’Élysée. Il appartenait au commando parachutiste de l’air n° 10.

C’est le troisième décès pour l’armée française en Irak en seulement dix jours. Le 21 août, Nicolas Latourte, du 6e régiment du génie d’Angers, est décédé lors d’un exercice d’entraînement au combat en zone périurbain. 48 heures plus tôt, Baptiste Gauchot, un autre soldat français, est également mort en Irak dans un accident de la route.

« C’est avec une très vive émotion que le président de la République a appris la mort du sergent Nicolas Mazier du commando parachutiste de l’air n° 10, tué hier en Irak alors que son unité appuyait une unité irakienne en opération antiterroriste », a déclaré la présidence française, précisant que d’autres membres de son unité avaient été blessés à ses côtés.

Embuscade du groupe terroriste État islamique

Le chef de l’État a adressé à sa famille et à ses proches « ses plus sincères condoléances et les assure de la solidarité de la Nation dans ces douloureuses circonstances ». Sur Twitter, il écrit : « le sergent Nicolas Mazier se battait pour la France, pour notre sécurité. Tombé en Irak, c’est toute la Nation qui le pleure. »

Selon une source sécuritaire irakienne à Kirkouk, lundi soir, une opération conjointe « des forces antiterroristes irakiennes et des militaires des forces françaises stationnées à la base K1 à Kirkouk ont essuyé une embuscade » de jihadistes du groupe État islamique (EI) dans la province de Salahedine, dans le désert d’al-Aïth, frontalier de la province de Kirkouk.

PUBLICITÉ

Des soldats français ont été blessés, a-t-elle ajouté, ainsi que trois membres du service antiterroriste irakien. Selon elle, les affrontements armés ont duré « plus de cinq heures ».

Quelque 600 militaires français sont déployés dans la région dans le cadre de l’opération Chammal, le volet français de l’opération de la coalition internationale Inherent Resolve contre le groupe État islamique, créée en 2014.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie voisine, l’EI a vu son « califat » autoproclamé s’écrouler sous le coup d’offensives successives dans ces deux pays. En mars, un haut responsable militaire irakien assurait toutefois que l’EI comptait entre 400 et 500 combattants actifs en Irak.

À voir également sur Le HuffPost :

À Paris, la Patrouille de France a coloré le ciel ce lundi matin pour cause de Coupe du monde de rugby

Au Niger, des milliers de partisans des putschistes se réunissent après un ultimatum à la France