La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 788,72
    +72,95 (+0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Ipsos - résultats semestriels 2020 : les stigmates de la COVID-19

IPSOS
·26 min de lecture

Premier semestre 2020
Les stigmates de la COVID-19

Chiffre d’affaires du 1er semestre : 786,0 millions d’euros
Croissance organique du semestre : (13,5%) %

Paris, 22 juillet 2019 – Au premier semestre 2020, le chiffre d’affaires d’Ipsos est établi à 786 millions d’euros, en baisse de 13% par comparaison avec la même période de l’année dernière ; cette baisse se décompose en une croissance organique de -13,5%, des effets de périmètre de +0,6% et des effets de change de -0,1%.

Après un premier trimestre quasi stable, le deuxième trimestre est très fortement impacté par la pandémie de COVID-19. D’avril à juin 2020, le chiffre d’affaires d’Ipsos est de 357 millions d’euros, soit 25,8% de moins qu’en 2019. A taux de change et périmètre équivalents la baisse est de 25,3% après élimination d’effets de périmètre positifs pour 0,6% et d’effets de change négatifs pour 0,9%.

EVOLUTION DE L'ACTIVITE PAR REGION

En millions d’euros

S1 2020

Contribution 2020 / 2019

Croissance organique 2020/2019

Rappel T1 2020 Croissance organique

EMEA

359,1

46%

(9,5%)

0,5%

Amériques

288,6

37%

(15,5%)

4,6%

Asie-Pacifique

138,3

18%

(19%)

(10,5%)

Chiffre d’affaires semestriel

786,0

100%

(13,5%)

0%

L’activité décroît dans les trois grandes régions dont Ipsos suit, de façon habituelle, l’évolution.
L’Asie Pacifique enregistre la décroissance semestrielle la plus forte. Elle était déjà fortement impactée dès le début de l’année, à la différence des régions Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA) et Amériques qui avaient, elles, enregistré – en dépit d’un mois de mars déjà difficile – un minimum de croissance au premier trimestre.
Par exception aux évolutions constatées ces dernières années, le poids des marchés émergents s’est affaibli au cours de ce semestre. La perte de chiffre d’affaires y est de 23% à comparer à une baisse d’activité de 10% dans le monde développé. Ipsos qui, depuis de nombreuses années, s’est renforcé dans les pays en développement n’y réalise plus que 27% de son chiffre d’affaires au lieu de 31% en 2019 et de 1/3 lors des exercices précédents. Les grandes entreprises internationales se sont géographiquement recentrées sur leurs marchés d’origine et, en même temps, les autorités publiques des pays en développement disposent de moins de ressources que leurs alter ego des zones les plus prospères. Les écarts entre pays développés et moins développés s’étaient réduits ces vingt dernières années, y compris du point de vue des dépenses en études de marché et d’opinion par habitant. Ils se sont à nouveau creusés ces derniers mois au risque de rendre plus complexe la gestion de la période qui succédera à la crise sanitaire.

EVOLUTION DE L'ACTIVITE PAR AUDIENCE

En millions d’euros

S1 2020

Contribution

Croissance organique

Rappel T1 2020
Croissance organique

Consommateurs1

335,6

43%

(19%)

(1,5)%

Clients et salariés2

183,2

23%

(21%)

(5)%

Citoyens3

141,6

18%

11,5%

10%

Médecins et patients4

125,6

16%

(5,5%)

3,5%

Chiffre d’affaires semestriel

786,0

100%

(13,5%)

0%

Répartition des Lignes de Services par segment d’audience : l’analyse de la répartition du chiffre d’affaires par segment d’audience est une donnée extra-financière, susceptible d’évoluer dans le temps en fonction de l’évolution de l’organisation des équipes d’Ipsos.
1- Brand Health Tracking, Clinics & Mobility Labs, Creative Excellence, Innovation, Ipsos UU, Ipsos MMA, Market Strategy & Understanding, Observer (hors secteur public), Social Intelligence Analytics
2- Automotive & Mobility Dev, Audience Measurement, Customer Experience, Channel Performance (including Retail Performance and Mystery Shopping), Media development
3- Public Affairs, Corporate Reputation
4- Pharma (quantitative et qualitative)

Les performances par audience sont très contrastées. Les secteurs de la consommation sont devenus très prudents dès le déclenchement des confinements en Europe puis dans les Amériques du nord et du sud au mois de mars.
Les investigations auprès de leurs propres clients, souvent conduites pour le compte des entreprises des secteurs de services, ont également fortement diminué.
Sans surprise, l’activité d’Ipsos est restée soutenue et, dans certains marchés, très forte dès lors qu’il s’agit de s’intéresser aux patients et aux citoyens.
La pandémie est d’abord gérée par les autorités publiques en charge de la définition et du fonctionnement des politiques sanitaires. Ipsos est engagé dans l’exécution de nombreux contrats, dont les objets sont variés. Certains s’attachent à mettre en place des systèmes destinés à mesurer le niveau de prévalence de l’épidémie ; d’autres recherches sont destinées à mieux comprendre les opinions, les craintes et les espoirs de populations touchées ou encore à évaluer leurs perceptions des dispositifs qui ont déjà été mises en place ou qui sont susceptibles de l’être. Ces projets sont parfois conduits dans un pays donné. Ils peuvent aussi concerner des ensembles régionaux - en Afrique ou en Amérique Latine par exemple - et faire alors l’objet de financements publics et privés via des organisations non gouvernementales et des fondations.

D’une certaine façon, la variabilité des performances d’Ipsos par audience met en exergue l’un de ses atouts à un moment où chaque entreprise doit manifester une grande résilience.
Si au deuxième trimestre les entreprises commerciales ont été moins actives, à l’exception de sociétés pharmaceutiques ou liées aux secteurs de la santé, les organisations publiques et institutions ont, elles, accru leur recours à des sources fiables, capables de produire vite de grandes quantités d’informations.

PERFORMANCE FINANCIERE

Compte de résultat résumé

En millions d’euros

H1 2020

H1 2019

Variation H1 2020 / H1 2019

Rappel
31 déc. 2019

Chiffre d’affaires

786,0

903,4

(13,0%)

2 003,3

Marge brute

512,0

583,0

(12,2%)

1 288,5

Marge brute / CA

65,1%

64,5 %

64,3%

Marge opérationnelle

25,0

49,3

(49,2%)

198,7

Marge opérationnelle / CA

3,2%

5,5 %

9,9%

Autres produits et charges non courants / récurrents

(7,1)

(4,0)

(16,4)

Charges de financement

(11,6)

(13,1)

(26,6)

Impôts

0,2

(6,6)

(36,9)

Résultat net, part du Groupe

1,3

18,7

104,8

Résultat net ajusté*, part du Groupe

12,8

29,4

(56,5%)

129,5

*Le résultat net ajusté est calculé avant (i) les éléments non monétaires liés à l’IFRS 2 (rémunération en actions), (ii)avant l’amortissement des incorporels liés aux acquisitions (relations clients), (iii) l’impact net d’impôts des autres charges et produits non courants, (iv) impacts non monétaires sur variations de puts en autres charges et produits financiers et (v) avant les impôts différés passifs relatifs aux goodwills dont l’amortissement est déductible dans certains pays

Postes du compte de résultat

Au total, la marge opérationnelle du Groupe est en baisse d’environ 230 points de base par rapport à la même période de l’an dernier, compte-tenu de la chute soudaine d’activité intervenue à compter de la mi-mars. Cette brutalité ne nous a pas permis de réduire nos coûts dans les mêmes proportions au premier semestre car ils sont en partie fixes et étaient proportionnés à la croissance prévue jusque-là pour l’année 2020.
Il est rappelé par ailleurs que le marché des études est caractérisé traditionnellement par une forte saisonnalité et une activité accrue au deuxième semestre, au fur et à mesure de la réalisation des contrats. Ainsi, le chiffre d’affaires reconnu durant le premier semestre représente normalement en moyenne sur les dernières années environ 45% du chiffre d’affaires de l’exercice (à périmètre et taux de change constants). En revanche, du côté des charges opérationnelles, la reconnaissance des coûts au compte de résultat est plutôt linéaire, tout au long de l’année.

Pour ces raisons, la marge opérationnelle dégagée au premier semestre n’est en rien prédictive de la marge opérationnelle qui sera réalisée sur l’ensemble d’une année.

La marge brute (qui se calcule en retranchant du chiffre d'affaires des coûts directs variables et externes liés à l'exécution des contrats) s'établit à 65,1 % contre 64,5 % au premier semestre 2019. La hausse du ratio de marge brute est à relier à un mix plus favorable des modes de collecte de données compte tenu de l’arrêt de certains terrains d’enquête en face à face durant la période de confinement, remplacés dans certains cas par des enquêtes en ligne à plus haute marge brute. Sur le semestre, les enquêtes en ligne représentent 61% de l’activité contre 55% en 2019.

En ce qui concerne les coûts d'exploitation, la masse salariale brute est en baisse de 3,2%, sous les effets combinés d’une diminution des effectifs et de différents mécanismes de réduction de salaire.
Les effectifs permanents sont de 17 730 personnes à fin juin contre 18 448 à fin décembre 2019, soit une baisse de 3,9% qui s’est produite sur le deuxième trimestre après la mise en place du gel des recrutements et remplacements.
Les mécanismes de réduction de salaire (simple réductions volontaires et temporaires de salaire consenties par un certains nombres de salariés, comprises entre 10% et 20% pour les cadres dirigeants ; réduction des heures travaillées ; congés sans solde ;…) ont, eux, représenté des économies d’environ 10 millions d’euros entre la mi-mars et la fin juin.

Ipsos a aussi pu bénéficier de systèmes de chômage partiel mis en place par les états dans certains pays (Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Chine, Corée du Sud, Croatie, Espagne, France, Hong-Kong, Malaisie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Serbie, Singapour, Suède, Suisse et Turquie). Ces subventions reçues ont été classées dans le poste « Autres charges et produits opérationnels » et représentent 17,5 millions d’euros sur le semestre. La masse salariale nette des subventions gouvernementales est en baisse de
7,3%.

Le coût des rémunérations variables en action est en légère baisse à 3,4 millions d’euros contre 3,7 millions d'euros au premier semestre 2019.

Les frais généraux sont contrôlés et diminuent au total d’environ 15 millions d’euros (soit -14,5%), grâce à la limitation d’un certain nombre de postes de dépenses discrétionnaires et, notamment, avec l’arrêt des voyages (pour 8 millions d’euros) et des économies en relation avec l’utilisation des bureaux (pour 3,5 millions d’euros).

La marge opérationnelle s'établit à 25,0 millions d'euros, soit un taux de 3,2% rapporté au chiffre d'affaires contre 5,5% au premier semestre 2019.

En dessous de la marge opérationnelle, les dotations aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions concernent la partie des écarts d'acquisition affectée aux relations clients au cours des 12 mois suivant la date d'acquisition et faisaient l'objet d'un amortissement au compte de résultat selon les normes IFRS sur plusieurs années. Cette dotation s'élève à 2,7 millions d'euros contre 2,8 millions précédemment.

Le solde du poste autres charges et produits non courants et non récurrents s'établit à -7,1 millions d'euros contre -4,0 millions d'euros l'an dernier. Il prend en compte des éléments à caractère inhabituel ou non liés à l'exploitation.

Au premier semestre 2019, les charges incluaient des coûts d'acquisition pour 2,0 millions d’euros ainsi que des coûts liés aux plans de restructuration pour 7,9 millions d’euros reliés à la fin de la mise en œuvre du programme TUP et à l’intégration de GfK Research.

Au premier semestre 2020, les charges incluent des frais d’acquisition pour 0,6 millions d’euros en relation avec les opérations Maritz Mystery Shopping et Askia réalisées fin janvier et, surtout, des coûts de réorganisation et de rationalisation pour 11,3 millions d’euros, en augmentation par rapport au premier semestre 2019 en raison de la nécessité d’ajuster dans certains pays les effectifs avec le niveau réel d’activité.

Du côté des produits, ce poste enregistre principalement un produit net de 5,0 millions d'euros lié à la décision d’activer depuis janvier 2018 les coûts internes de développement (ce produit net était de 6,4 millions d’euros au premier semestre 2019). Les charges de financement. La charge d'intérêts nette s'élève à 11,6 millions d'euros contre 13,1 millions d'euros, en raison d’une baisse de l’endettement financier en relation avec une bonne génération de trésorerie.

Impôts. Le taux effectif d'imposition au compte de résultat en norme IFRS s'établit à
25,4 % contre 26,0 % l'année passée. Il intègre une charge d'impôts différés passifs de 0,5 millions d'euros qui vient annuler l'économie d'impôts réalisée grâce à la déductibilité fiscale des amortissements d'écarts d'acquisition dans certains pays, alors même que cette charge d'impôts différés ne serait due qu'en cas de cession des activités concernées (et qui est par conséquent retraitée dans le résultat net ajusté).

Le Résultat net, part du Groupe, s'établit à 1,3 millions d'euros contre 18,7 millions au premier semestre de 2019.

Le Résultat net ajusté, part du Groupe, qui est l'indicateur pertinent et constant utilisé pour la mesure de la performance, s'établit à 12,8 millions d'euros contre 29,4 millions d’euros au premier semestre 2019, soit une baisse de 56,5 %.

Structure financière

Flux de trésorerie. La capacité d'autofinancement s'établit à 58,7 millions d'euros contre 86,7 millions au premier semestre 2020, une baisse en ligne avec la baisse du résultat opérationnel.

En revanche, la génération de trésorerie libre d’exploitation, à 161 millions d’euros, a atteint un record. Elle a été en ligne avec les prévisions pour le premier trimestre mais a été particulièrement élevée au deuxième trimestre, en raison du bon niveau des ventes à la fin de l’année 2019 et en début 2020, qui se sont matérialisées en encaissements sur le semestre. Cela s’est combiné à la baisse de l’activité après la mi-mars, qui s’est accompagnée d’une baisse du poste clients au 30 juin 2020.

Le besoin en fonds de roulement connait donc une variation positive de 167,3 millions d'euros au premier semestre 2020, alors qu’habituellement, lorsque l’activité est en croissance, le poste clients augmente, générant un investissement dans le BFR, comme cela a été le cas au 30 juin 2019 (variation négative du BFR de 14,1 millions d’euros).

Les investissements courants en immobilisations corporelles et incorporelles sont principalement constitués d'investissements informatiques et se sont élevés à 20,4 millions d’euros au premier semestre contre 21,2 millions sur la même période de l’année dernière.

En ce qui concerne les investissements non courants, Ipsos a investi environ 15,4 millions d’euros, en procédant notamment à deux acquisitions au cours du premier trimestre : Maritz Mystery Shopping et Askia. Ces deux sociétés sont intégrées dans les comptes consolidés à compter du 1er février 2020.

Les capitaux propres s'établissent à 1 055 millions d'euros au 30 juin 2020 contre 1 122 millions publiés au 31 décembre 2019.

Les dettes financières nettes s'élèvent à 441,0 millions d'euros en baisse par rapport au 31 décembre 2019 (574,6 millions d’euros). Le ratio d’endettement net diminue à 41,8% contre 51,5% au 31 décembre 2019 et 59,1% au 30 juin 2019.

Position de liquidité. La trésorerie en fin d’année s'établit à un niveau record de 306,9 millions d'euros au 30 juin 2020 contre 165,4 millions d’euros au 31 décembre 2019, assurant une bonne position de liquidité à Ipsos. Le groupe dispose par ailleurs de plus de 400 millions d'euros de lignes de crédit disponibles, lui permettant de faire face à ses échéances de dette de 2020 et 2021.

Enfin, il est rappelé que l'Assemblée générale des actionnaires, réunie le 28 mai 2020, a approuvée une distribution de dividendes de 45 centimes par action au titre de l'exercice 2019, qui a été mise en paiement le 3 juillet 2020 pour 19,8 millions d’euros. Cette distribution a été réduite de moitié par rapport aux 89 centimes par action initialement envisagés en février 2020.

PERSPECTIVES 2020 ET AU-DELA

La situation épidémique n’a pas vraiment évolué depuis plusieurs semaines. Il est donc toujours difficile d’estimer ce que pourrait être un échéancier de sortie de crise.
Le plus raisonnable, et sans doute le plus vraisemblable, est de considérer que toutes les activités seront contraintes tant que nous ne disposerons ni de traitement ni de vaccin.
Le plus souhaitable est ainsi d’espérer que les pouvoirs publics n’auront pas à décider d’imposer de nouveau des confinements totaux comme ceux que la plupart des pays ont mis en place ces derniers mois. Les activités des clients d’Ipsos et donc d’Ipsos lui-même furent lourdement affectées par les confinements. A la mi-mars, les confinements déjà en place en Chine, dans d’autres pays d’Asie et en Italie sont devenus la règle partout ailleurs. Certes, les formes n’étaient pas identiques. Par exemple en Europe, les règles furent plus rigides en Espagne où l’armée a été mobilisée qu’en Allemagne. Toutefois, les conséquences furent identiques. Les économies se sont arrêtées, Ipsos a vu son carnet de commandes s’affaiblir au fil des mois de mars (-40%), d’avril (-60%). En mai, la chute a été moins brutale (-28%), même si les annulations et les réductions de commandes existantes sont restées à un niveau plus élevé qu’envisagé, reportant ainsi la période du retour à une activité plus satisfaisante.

Comme nous l’avons déjà indiqué, Ipsos est pénalisé par la combinaison de trois facteurs : les niveaux d’activité de ses clients, les incertitudes sur ce que sera le monde de demain – juste après la levée du confinement et celui d’après-demain lorsque nous sortirons (enfin !) de la crise sanitaire – et, troisièmement, les obstacles techniques et légaux qui rendent impossible l’exécution de certains contrats en face à face nécessitant de multiples contacts physiques entre des personnes. Réunir des consommateurs pour les faire réagir ensemble et de façon dynamique à telle ou telle situation du marché est presque impossible. Aller au domicile de consommateurs pour observer leurs comportements ou leur faire tester tel ou tel produit n’est pas envisageable…

Pourtant, malgré ces contraintes, dont certaines subsistent, l’activité d’Ipsos se situe – depuis quelques semaines – à un meilleur niveau. Le volume d’annulations et de reports décroît et le flux de commandes nouvelles se renforce.
Les facteurs négatifs cités plus hauts sont toujours en place, mais pèsent moins ou peuvent être surmontés. D’abord, les clients d’Ipsos – entreprise grandes ou moyennes ou institutions – doivent, au risque de disparaître, travailler, évoluer, prendre des initiatives, s’adapter à de nouveaux environnements. Pour cela, même si leurs moyens sont limités, ils doivent disposer d’informations récentes et de qualité. Ensuite, ces mêmes clients voient leurs consommateurs et clients sortir, au moins dans certaines régions, du confinement total dans lequel ils étaient plongés. Chaque entreprise, quels que soient son secteur d’activité et sa zone d’implantation, doit savoir s’adapter, agir avec rapidité et, si possible, pertinence. Les incertitudes qui ont joué au printemps contre le recours aux services d’Ipsos et de ses concurrents deviennent des raisons d’acquérir des données de marché.

Enfin, les équipes d’Ipsos ont beaucoup travaillé depuis le début de la crise sanitaire : leurs efforts se sont concentrés sur deux impératifs : d’un côté développer de nouvelles approches scientifiques et technologiques pour rendre les protocoles d’intervention compatibles avec le maintien des mesures barrières telles que le port du masque ou le respect de la distanciation. D’un autre côté, elles ont su multiplier les interventions sous forme de webinars et d’autres publications, poursuivre un dialogue constructif avec leurs clients. Beaucoup de sociétés dans le secteur des services professionnels ont conduit des démarches équivalentes.
Nous pensons qu’en utilisant pleinement les ressources d’une entreprise telle qu’Ipsos implantée dans le monde entier, conduisant 70 000 projets différents chaque année et employant 18 000 professionnels, nous avons pu être utiles à nos interlocuteurs et marquer notre différence. La récente nomination d’Ipsos, choisi par le GRIT report, comme l’entreprise d’études de marché la plus innovante au monde et, ce, pour la deuxième année consécutive en porte témoignage.

Tout cela mis bout à bout permet d’enregistrer des résultats encourageants : après trois mois de fort déclin, le carnet de commandes d’Ipsos est légèrement positif au mois de juin, en partie en raison de l’enregistrement de nouveaux contrats publics liés à l’épidémie COVID-19; en cumul à fin juin, il est stabilisé aux alentours de -10%.
Au-delà, les incertitudes restent importantes et rendent impossible une prévision précise du niveau d’activités qu’Ipsos enregistrera d’ici la fin de l’année.

Grâce au travail fourni par ses équipes, à la digitalisation accrue de ses systèmes de production, d’analyse et de communication de ses informations, à sa connaissance des marchés et de ses clients, Ipsos compte bien, en dépit des incertitudes, lever progressivement et connaître un second semestre 2020 meilleur que le premier, tant du côté de ses ventes et de son chiffre d’affaires que du côté de ses marges.

Annexes

  • Compte de résultat consolidé

  • État de la situation financière

  • État des flux de trésorerie consolidés



Une plaquette des comptes semestriels est disponible sur notre site ipsos.com et une présentation de nos résultats sera retransmise en direct jeudi 23 juillet à 8h30. Vous pourrez la suivre en vous rendant sur notre site. Si vous souhaitez poser des questions, une conférence téléphonique sera ouverte: pour y participer, composez l'un des numéros de téléphone ci-dessous

France: +33 (0) 1 70 99 47 40
États-Unis: +1212999 6659
Royaume-Uni: +44 (0) 20 3003 2666
Code de confirmation : "Ipsos résultats semestriels"


À PROPOS D’IPSOS

Ipsos est le troisième institut de sondage au monde, présent dans 90 marchés et comptant plus de 18 000 collaborateurs.

Nos chercheurs, analystes et scientifiques sont passionnément curieux et ont développé des capacités multi-spécialistes qui permettent de fournir des informations et des analyses poussées sur les actions, les opinions et les motivations des citoyens, des consommateurs, des patients, des clients et des employés. Nos 75 solutions s’appuient sur des données primaires provenant de nos enquêtes, de notre suivi des réseaux sociaux et de techniques qualitatives ou observationnelles.

Notre signature « Game Changers » résume bien notre ambition d’aider nos 5 000 clients à évoluer avec confiance dans un monde en rapide évolution.

Créé en France en 1975, Ipsos est coté à l’Euronext Paris depuis le 1er juillet 1999. L’entreprise fait partie des indices SPF 120 et Mid-60 et est éligible au service de règlement différé (SRD).
ISIN code FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP www.ipsos.com

Compte de résultat consolidé
Comptes semestriels au 30 juin 2020

en milliers d'euros

30/06/2020

30/06/2019

31/12/2019

Chiffre d'affaires

785 993

903 359



2 003 255

Coûts directs

(273 947)

(320 380)

(714 791)

Marge brute

512 045

582 978

1 288 464

Charges de personnel - hors rémunération en actions

(409 917)

(423 587)

(862 948)

Charges de personnel - rémunération en actions *

(3 397)

(3 672)

(6 924)

Charges générales d'exploitation

(91 324)

(106 776)

(218 902)

Autres charges et produits opérationnels

17 642

336

(995)

Marge opérationnelle

25 049

49 279

198 696

Dotations aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions *

(2 715)

(2 830)

(5 160)

Autres charges et produits non courants

(7 085)

(4 003)

(16 381)

Quote-part dans les résultats des entreprises associées

(378)

(356)

(615)

Résultat opérationnel

14 872

42 090

176 539

Charges de financement

(11 582)

(13 116)

(26 637)

Autres charges et produits financiers *

(3 908)

(3 686)

(7 328)

Résultat net avant impôts

(618)

25 288

142 574

Impôts - hors impôts différés sur amortissement du goodwill

621

(5 411)

(34 539)

Impôts différés sur amortissement du goodwill *

(464)

(1 164)

(2 339)

Impôt sur les résultats

157

(6 575)

(36 878)

Résultat net

(461)

18 714

105 695

Dont part du Groupe

1 276

18 744

104 785

Dont part des participations ne conférant pas le contrôle

(1 737)

(30)

910

Résultat net part du Groupe par action de base (en euros)

0.03

0.43

2.39

Résultat net part du Groupe par action dilué (en euros)

0.03

0.42

2,32


Résultat net ajusté *

11 208

29 714

130 719

Dont Part du Groupe

12 776

29 370

129 519

Dont Part des participations ne conférant pas le contrôle

(1 568)

345

1 200

Résultat net ajusté, part du groupe par action

0.29

0.67

2.95

Résultat net ajusté dilué, part du groupe par action

0.28

0.66

2.87

* ajusté des éléments non monétaires liés à l’IFRS 2 (rémunération en actions), de l’amortissement des incorporels liés aux acquisitions (relations clients), des impôts différés passifs relatifs aux goodwills dont l’amortissement est déductible dans certains pays et de l’impact net d’impôts des autres produits et charges non courants et impacts non monétaires sur variations de puts en autres charges et produits financiers.

État de la situation financière
Comptes semestriels au 30 juin 2020

en milliers d'euros

30/06/2020

30/06/2019

31/12/2019

ACTIF

Goodwills

1 300 932

1 304 470

1 322 906

Droit d’utilisation de l’actif

141 614

158 623

152 646

Autres immobilisations incorporelles

90 256

86 212

89 076

Immobilisations corporelles

35 977

37 302

39 753

Participation dans les entreprises associées

1 788

2 712

1 114

Autres actifs financiers non courants

46 200

45 697

44 766

Impôts différés actifs

36 630

26 885

25 300

Actifs non courants

1 653 398

1 661 903

1 675 561

Clients et comptes rattachés

292 116

352 168

518 697

Actifs sur contrats

169 936

253 007

203 094

Impôts courants

15 450

22 951

14 833

Autres actifs courants

98 624

92 899

92 846

Instruments financiers dérivés

368

-

(1 094)

Trésorerie et équivalents de trésorerie

306 885

145 263

165 436

Actifs courants

883 380

866 287

993 812

TOTAL ACTIF

2 536 778

2 528 190

2 669 372

en milliers d'euros

30/06/2020

30/06/2019

31/12/2019

PASSIF

Capital

11 109

11 109

11 109

Primes d'émission

515 873

516 038

516 000

Actions propres

(10 342)

(13 340)

(12 382)

Ecarts de conversion

(136 277)

(109 088)

(96 352)

Autres réserves

655 715

580 469

580 314

Résultat net – part du groupe

1 276

18 744

104 785

Capitaux propres - part du Groupe

1 037 354

1 003 932

1 103 475

Participations ne conférant pas le contrôle

18 278

18 237

19 247

Capitaux propres

1 055 631

1 022 169

1 122 722

Emprunts et autres passifs financiers non courants

562 388

731 835

561 490

Dettes non courantes sur contrats de location

122 311

140 140

133 112

Provisions non courantes

783

3 820

762

Provisions pour retraites

34 102

30 803

33 058

Impôts différés passifs

70 384

70 417

72 196

Autres passifs non courants

21 233

15 204

14 980

Passifs non courants

811 201

992 219

815 599

Fournisseurs et comptes rattachés

232 973

254 620

300 681

Emprunts et autres passifs financiers courants

185 851

17 913

181 229

Dettes courantes sur contrats de location

39 977

41 473

41 971

Impôts courants

9 456

4 078

16 273

Provisions courantes

7 553

3 606

9 025

Passifs sur contrats

36 317

27 990

34 594

Autres passifs courants

157 819

164 121

147 278

Passifs courants

669 946

513 802

731 051

TOTAL PASSIF

2 536 778

2 528 190

2 669 372


État des flux de trésorerie consolidés
Comptes semestriels au 30 juin 2020

en milliers d'euros

30/06/2020

30/06/2019

31/12/2019

OPERATIONS D'EXPLOITATION

RESULTAT NET

(461)

18 714

105 695

Eléments sans incidence sur la capacité d'autofinancement

Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles

39 930

36 467

75 199

Résultat net des sociétés mises en équivalence, nets des dividendes reçus

378

356

636

Moins-value (plus-value) sur cessions d'actifs

121

(19)

323

Variation nette des provisions

525

1 833

5 889

Rémunération en actions

3 269

3 424

6 604

Autres produits et charges calculés

538

1 666

1 028

Frais d'acquisition de sociétés consolidées

615

2 002

2 383

Charge de financement

13 892

15 716

31 750

Charge d'impôt

(157)

6 575

36 878

CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT AVANT CHARGES DE FINANCEMENT ET IMPOT

58 651

86 734

266 386

Variation du besoin en fonds de roulement

167 318

(14 098)

(52 676)

Impôts payés

(13 823)

(21 896)

(35 854)

FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DE L'EXPLOITATION

212 146

50 740

177 855

OPERATIONS D'INVESTISSEMENT

Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles

(20 401)

(21 185)

(43 232)

Produits des cessions d'actifs corporels et incorporels

22

58

81

Augmentation / (diminution) d'immobilisations financières

(62)

2 960

3 187

Acquisitions de sociétés et d'activités consolidés nettes de trésorerie acquise

(12 462)

(3 987)

(5 435)

FLUX DE TRESORERIE AFFECTES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT

(32 902)

(22 154)

(45 400)

OPERATIONS DE FINANCEMENT

Augmentation / (Réduction) de capital

-

-

-

(Achats) / Ventes nets d'actions propres

1 781

304

1 324

Augmentation des emprunts à long terme

-

27

62

Diminution des emprunts à long terme

(79)

(22)

(5 160)

Augmentation des emprunts à long terme à des sociétés associées

(2 904)

(12 391)

(12 284)

Augmentation / (diminution) des découverts bancaires

(851)

(555)

(1 467)

Remboursement net des dettes locatives

(21 147)

(19 359)

(40 231)

Intérêts financiers nets payés

(6 388)

(7 594)

(25 367)

Intérêts nets payés sur obligations locatives

(2 369)

(1 958)

(4 508)

Rachats de participations ne conférant pas le contrôle

(147)

(10 836)

(10 935)

Dividendes versés aux actionnaires de la société mère

-

-

(38 649)

Dividendes versés aux participations ne conférant pas le contrôle des sociétés intégrées

-

-

-

FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DES OPERATIONS DE FINANCEMENT

(32 103)

(52 383)

(137 215)

VARIATION NETTE DE LA TRESORERIE

147 141

(23 797)

(4 760)

Incidence des variations des cours des devises sur la trésorerie

(5 691)

1 225

2 362

TRESORERIE A L’OUVERTURE

165 436

167 834

167 834

TRESORERIE A LA CLOTURE

306 885

145 263

165 436

Pièce jointe