La bourse ferme dans 6 h 18 min
  • CAC 40

    4 827,09
    -26,86 (-0,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 160,23
    -20,47 (-0,64 %)
     
  • Dow Jones

    28 210,82
    -97,97 (-0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,1840
    -0,0027 (-0,22 %)
     
  • Gold future

    1 919,30
    -10,20 (-0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    10 795,33
    +1 465,92 (+15,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    256,53
    +11,64 (+4,75 %)
     
  • Pétrole WTI

    40,29
    +0,26 (+0,65 %)
     
  • DAX

    12 474,01
    -83,63 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    5 759,36
    -17,14 (-0,30 %)
     
  • Nasdaq

    11 484,69
    -31,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    3 435,56
    -7,56 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    23 474,27
    -165,19 (-0,70 %)
     
  • HANG SENG

    24 786,13
    +31,71 (+0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,3093
    -0,0050 (-0,38 %)
     

Une invention pour mieux refroidir les smartphones

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Chaud dedans ! Lorsqu’ils sont sollicités, les mobiles et l’ensemble des appareils électroniques développent de la chaleur. Le processeur chauffe pour exprimer sa puissance, l'autonomie de la batterie fond et lorsque la température monte trop, le mobile peut devenir instable. Même si des pas de géants ont été réalisés depuis les dernières années, le refroidissement des composants n’est pas une mince affaire surtout dans l’espace réduit d’un téléphone.

Outre l’effet Peltier pour dissiper la chaleur via un matériau, tel le graphite, les smartphones pour gamers, comme les Xiaomi Black Shark ou l’Asus ROG Phone, sont équipés de systèmes de refroidissement liquide et, dans le cas du Nubia Red Magic 5G d’une mini-ventilation pour rester au frais. Dans tous les cas, ces équipements viennent alourdir l’appareil et le rendent moins compact.

Peu onéreux et polyvalent

Pour régler ces contraintes, les chercheurs de l’université des Sciences et technologies du roi Abdallah (Kaust) à Djeddah, en Arabie saoudite, sont parvenus à développer un matériau à base de graphite qui semble prometteur. Bien plus économique à produire que les habituelles feuilles de graphite, en plus d'être utilisé pour refroidir les appareils électroniques, il aurait les capacités d'être employé pour bien d'autres usages. Par exemple, les chercheurs considèrent que son faible coût de production et sa polyvalence pourrait venir renforcer le rôle cellules photovoltaïques des panneaux solaires.

D’une épaisseur de 100 nanomètres, les feuilles de graphite développées par les scientifiques sont soudées sur des films de nickel. Elles sont assemblées en seulement cinq minutes via une technique de catalyse dont la température atteint les 900 degrés. Baptisé NGF, le matériau est flexible et pourrait être utilisé dans les téléphones pliables, par exemple.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura