Marchés français ouverture 3 h 59 min
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 504,11
    -102,35 (-0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0733
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    21 357,10
    +73,58 (+0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    21 016,11
    -835,33 (-3,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,64
    -18,25 (-3,40 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     

Invectives, lobbying et concessions: la guerre entre supermarchés et industriels déboule à l'Assemblée

YOHAN BONNET / AFP

Les distributeurs et les industriels sont engagés dans une âpre bataille autour d'un texte de loi explosif sur les prix en supermarchés. Son auteur, le député Frédéric Descrozaille, lâche du lest sur un projet critiqué au sein même du gouvernement. Mais ne renonce pas à l'intégralité de son texte, au grand dam des distributeurs.

"Incroyable: des députés seraient désormais favorables à la hausse des prix?" Le texte de Michel-Edouard Leclerc aux plus de 4.000 "likes" sur LinkedIn et 35.000 vues sur Twitter a des airs de règlement de compte sur la place publique. Dans le viseur du sniper de la grande distribution, deux textes de loi très proches, rédigés par Julien Dive (Les Républicains) et Frédéric Descrozaille (Renaissance). Si le texte de Michel-Edouard Leclerc est nouveau, publié le 5 janvier, il révèle en réalité une guerre larvée qui se joue depuis des semaines en coulisse autour des textes de loi.

L'objectif des deux propositions de loi est clair: diminuer le pouvoir des supermarchés face à leurs fournisseurs, pour que ces derniers puissent davantage répercuter leurs hausses de coûts (énergie, transports...) en pleine inflation. Mais aux yeux des grandes surfaces, la loi risque surtout d'encore faire flamber les prix dans les rayons. "Toutes ces discussions sont anachroniques, martèle Michel-Edouard Leclerc. Elles n’avaient de justification qu’en période de déflation. Ce n’est pas le moment d’empêcher la distribution de négocier." Le patron de la chaîne de supermarché se pose comme à son habitude en défenseur du pouvoir d'achat des consommateurs, n'évoquant pas l'option d'absorber une partie des hausses demandées par les producteurs… Reste que l'inquiétude de voir au final les consommateurs touchés au portefeuille semble partagée par le gouvernement, qui a poussé Frédéric Descrozaille - dont la proposition de loi sera débattue dès le 16 janvier - à revenir sur certains points de son texte.

"Aucune enseigne ne pourrait s'opposer à des augmentations jusqu'à 30%"

"Je vais porter des amendements à mon propre texte, notamment dans le cadre des discussions que j'ai eues avec les cabinets ministériels", explique Frédéric Descrozaille. Le cabinet d'Olivia Grégoire, ministre déléguée au Commerce, craindrait ainsi les effets de la loi, notamment sur l'inflation.

Lire aussiPrix dans les supermarc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi