La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 913,18
    -73,67 (-0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Interventionnisme et "brésilianisation" des prix du pétrole : le programme du président brésilien Lula

AFP - CAIO GUATELLI

Lula a été élu ce dimanche soir président du Brésil. Pour son troisième mandat, le chef de l'Etat va tenter de redresser l'économie de la première puissance d'Amérique latine. Lula recommande notamment une forte dose d’intervention publique et propose la "brésilianisation" des prix du pétrole. Mais la conjoncture mondiale pourrait bien plomber son projet.

Voilà le président Luis Inacio Lula da Silva, dit "Lula", de nouveau à la tête du Brésil. Le dirigeant socialiste a été élu pour la troisième fois de sa vie président de la première économie d'Amérique latine forte de 214 millions d'habitants. Cette victoire met fin au règne du très conservateur et climaticide Jair Bolsonaro, qui n'a toujours pas concédé sa défaite ce qui suscite des inquiétudes sur d'éventuelles contestations du scrutin.

"Jusqu'ici, Bolsonaro ne m'a pas appelé pour reconnaître ma victoire et je ne sais pas s'il m'appellera ou s'il reconnaîtra ma victoire", a déclaré Lula aux dizaines de milliers de ses partisans réunis pour célébrer sa victoire sur l'avenue Paulista, à Sao Paulo. Jair Bolsonaro a exprimé à plusieurs reprises des soupçons de fraude électorale et l'an dernier, il avait évoqué la possibilité de refuser d'accepter les résultats du scrutin en cas de défaite.

De la prison à la présidence, la résurrection de Lula

Ancien dirigeant syndical, opposant à la dictature militaire dans les années 1970, Lula avait profité pendant ses deux premiers mandats d'une forte croissance économique tirée par les matières premières, dont le Brésil est l'un des principaux producteurs mondiaux, et il avait quitté la présidence avec une popularité record.

Mais le Parti des travailleurs a ensuite vu son image entachée par une forte récession et par un scandale de corruption à grande échelle qui a conduit Lula en prison pendant 19 mois. Ses condamnations ont toutefois été définitivement annulées l'an dernier par la Cour suprême.

Le troisième mandat qu'il a remporté dimanche débutera dans un contexte marqué par une crise économique, de lourdes contraintes budgétaires et un renforcement de l'opposition parlementaire, les alliés de Jair Bolsonaro formant le principal bloc du Congrès après les élections du début du mois. La dette représente 78% du PIB et 93% du budget sont absorbés par des dépenses incompressibles comme les salaires et les retraites. Lula a tenté de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi