La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    24 091,62
    +535,04 (+2,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Sur Internet, les histoires les plus simples font de beaux succès

J. Phillips/Getty Images via AFP

Pour vendre sur Internet, il faut d'abord raconter une histoire, se positionner à l'intersection des contenus et du commerce.

Après dix années de bons et loyaux services, Julien Codorniou a fini par tirer sa révérence. Une décennie professionnelle consacrée à alimenter la phénoménale croissance de Facebook, notamment de sa division Workplace dont le nombre d'utilisateurs, sous sa direction, est passé de zéro à 10 millions en l'espace de quatre ans. Et une carrière toute entière tournée vers la tech américaine puisqu'il avait auparavant travaillé près de six ans chez Microsoft. Mais un intérêt également très marqué pour les entrepreneurs, qu'il accompagne depuis plusieurs années comme business angel, dans une version très engagée du "give back" . Et c'est sans doute la perte d'agilité de Facebook, désormais nommé Meta, qui l'a récemment poussé à infléchir sa trajectoire.

En décembre dernier, Julien Codorniou a quitté le réseau social pour rejoindre, en tant qu'investisseur, le fonds londonien Felix Capital, fondé en 2015 par le Français Frédéric Court, un ancien de Lazard et d'Advent Ventures, tombé très jeune dans la marmite du capital-risque. Mais avec une philosophie particulière: avec son équipe, composée de quatre hommes et quatre femmes, il se focalise sur le comportement du consommateur et les entrepreneurs qui le sollicitent cherchent précisément à construire des marques en s'appuyant sur des communautés d'utilisateurs.

Pour vendre sur internet, il faut raconter une histoire

Sa stratégie ne lui a pas trop mal réussi: Felix vient de lever 600 millions de dollars portant à 1,2 milliard les fonds actuellement sous gestion. Dans son portefeuille de start-up, il affiche quelques pépites françaises, notamment le VTC Heetch ou la plateforme de marketplace Mirakl. Et Julien comme Frédéric ont une vision commune: pour vendre sur Internet, il faut d'abord raconter une histoire, se positionner à l'intersection des contenus et du commerce. L'exemple qu'ils aiment mettre en avant est Farfetch, le site de mode britannique qui propose des marques et créateurs du monde entier, fondé en 2008, introd[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles