La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 586,33
    -1 085,06 (-3,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Intermittents du spectacle : l’année blanche prolongée de quatre mois

·1 min de lecture

Elles étaient attendues de pied ferme par le monde de la culture, miné par la crise. Ce mardi 11 mai, à la suite du Conseil national des professions du spectacle, le gouvernement a fait plusieurs annonces pour soutenir les intermittents du spectacle, au moins jusqu’à fin 2022. La mesure phare est sans aucun doute la prolongation de l’année blanche. Pour rappel, les intermittents du spectacle ayant épuisé leurs droits à l’assurance chômage depuis le 1er mars 2020 peuvent profiter de cette “année blanche”.

Concrètement, l’année blanche consiste à prolonger automatiquement le versement mensuel de leur indemnité chômage. Et ce, jusqu’au 31 août prochain. Ces professionnels n’ont donc plus besoin d’avoir travaillé 507 heures (soit environ trois mois) sur les douze derniers mois pour être indemnisés. Sauf que l’activité du secteur n’ayant toujours pas redémarré, professionnels et syndicats de la culture se sont fortement mobilisés pour réclamer la prolongation de l’année blanche au-delà du 31 août, pour une année supplémentaire. Ils ont été en partie entendus, avec la prolongation de quatre mois de cette mesure, jusqu’au 31 décembre 2021.

À compter du 1er janvier 2022, les intermittents du spectacle devront donc à nouveau justifier d’au moins 507 heures de travail. Mais la période d’affiliation sera étendue au-delà de douze mois, dans la limite de leur dernière ouverture de droits. Par ailleurs, les conditions d’éligibilité pour bénéficier de la “clause de rattrapage” seront supprimées. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cadres dirigeants : bientôt des quotas de femmes dans les grandes entreprises ?
Arrêt maladie Covid-19 : la suspension du jour de carence à nouveau prolongée pour les fonctionnaires ?
Bientôt 8 jours de congés payés imposés dans votre entreprise ?
Covid-19 : près d'un infirmier sur deux veut changer de métier
La prime de Pôle emploi pour les travailleurs précaires à nouveau prolongée ?