Publicité
La bourse ferme dans 7 h 57 min
  • CAC 40

    7 555,89
    +52,62 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 885,03
    +45,89 (+0,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    2 332,00
    -17,10 (-0,73 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 862,30
    -15,84 (-0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 410,49
    +22,33 (+1,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,39
    -0,06 (-0,08 %)
     
  • DAX

    18 118,10
    +116,08 (+0,64 %)
     
  • FTSE 100

    8 162,85
    +15,99 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,28 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 102,44
    -712,12 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 942,97
    +1,19 (+0,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,2677
    -0,0008 (-0,07 %)
     

Intermarché change tout et veut sortir des produits ultratransformés

OceanProd/Adobe Stock

À l’occasion des 50 ans de sa filiale Agromousquetaires, lundi 10 juin, le Groupement des Mousquetaires entend se démarquer de ses concurrents en orientant sa stratégie vers les produits frais, la viande, le poisson et le végétal. Le propriétaire des magasins Intermarché souhaite accompagner la transition alimentaire et a ainsi décidé de se séparer de ses usines de produits ultratransformés, comme celle fabriquant des pizzas, indique le journal Les Échos.

«Notre développement vise aussi à moins concentrer nos usines en Bretagne et à en avoir dans le Sud. La décarbonation de la logistique passe aussi par cela», explique à nos confrères Thierry Cotillard, le patron des Mousquetaires. Le groupe a déjà racheté l’usine Saint-Mamet, qui est basée à Nîmes et qui produit des fruits en morceaux, en purée et en jus. Et de nouvelles acquisitions de ce genre pourraient avoir lieu, ajoute le journal économique.

Par ailleurs, l’entreprise réfléchirait à la manière de valoriser le métier de producteur dans les magasins Intermarché, notamment en apposant ou non le nom de l’enseigne au-dessus des emblématiques marques du supermarché. Le Groupement des Mousquetaires espère voir son pôle industriel, qui produit à 75% pour les marques propres d'Intermarché (notamment la charcuterie Monique Ranou, la viande Jean Rozé ou encore les produits laitiers Pâturages) et qui est en déficit, s'autofinancer, «à hauteur de 120 millions d'euros», précise le dirigeant.

Agromousquetaires compte actuellement 56 usines (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Elon Musk pousse un coup de gueule contre le «logiciel espion effrayant» d'Apple et chatGPT
C&A : l’enseigne de mode familiale, aux prix entre Kiabi et Zara, fait son come-back en France
Ubisoft : Star Wars Outlaws et Assassin's Creed Shadow attendus au tournant
Atos choisit Onepoint pour sa restructuration financière : une décision saluée par les salariés et créanciers
Bourse : que faire après la dissolution de l’Assemblée nationale et les élections européennes ?