La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1963
    +0,0050 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 781,90
    -23,60 (-1,31 %)
     
  • BTC-EUR

    14 174,32
    +132,74 (+0,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    331,63
    -5,87 (-1,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3303
    -0,0053 (-0,40 %)
     

Intermarché attaque directement Amazon dans sa pub pour son 'drive solidaire'

·2 min de lecture

"Désolé Amazon". Intermarché affiche ce message en lettres capitales dans une campagne de publicité diffusée ce jeudi à la fois à la radio et dans les grands journaux de la presse quotidienne. Cette communication, dévoilée par le blog "Je bosse en grande distribution", annonce la création d'un "drive solidaire" par l'enseigne. Ce dernier permet aux librairies indépendantes de référencer gratuitement leurs ouvrages sur le site d’Intermarché, pour continuer à les vendre. Ce bras de fer contre Amazon ne s’arrête pas là. En effet, l’entreprise de grande distribution entend faire bénéficier “d’autres commerces de proximité” de son service. “Sorry Jeff”, a ainsi ajouté l’équipe de communication de la grande surface, clin d’oeil au milliardaire Jeff Bezos, directeur général d’Amazon.

Cette communication d'Intermarché intervient après le conseil des ministres du 29 octobre, à l’issue duquel la fermeture des librairies pendant le confinement avait été décrétée. Cette décision a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, parmi les petits commerçants et dans la sphère politique. Pour calmer le jeu, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 3 novembre que la vente de produits "non-essentiels" serait interdite dans les supermarchés, afin de limiter la concurrence pour les petits commerçants. Cette décision n'a pas suffi à calmer la polémique, certains reprochant toujours à Amazon de faire de l’ombre aux libraires. C’est le cas notamment de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui a encouragé les lecteurs à acheter leurs livres par le biais du "click and collect" d'une boutique, ou par voie postale. "Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver", avait-elle ajouté sur LCI.

A lire aussi - Les commandes de livres qui arrivent en librairie auront des tarifs postaux plus bas

Pour Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, "la psychose française sur Amazon n'a aucun sens". "L'ecommerce, c'est 10% du commerce en France; Amazon, c'est 20% du e-commerce", avait-il réagi mercredi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'enseigne de surgelés Picard va proposer la livraison à domicile dans toute la France
Burger King veut doubler son nombre de restaurants en France
Où acheter des masques pour enfants à moindre prix ?
Voici le manoir d'enfance de Richard Branson, qui vient d'être mis en vente pour 4,4 M€
Primark ne veut toujours pas lancer son site de vente en ligne malgré la crise