La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 816,90
    -18,90 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    34 899,48
    +1 703,61 (+5,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Interdiction des voitures essence, diesel: attention au coût politico-social explosif!

·2 min de lecture

EDITO - En menaçant, proscrivant, taxant, restreignant les utilisations des véhicules de Monsieur et Madame Toulemonde , les politiques et Bruxelles jouent avec le feu. Le gouvernement français est conscient des risques de révoltes du type Gilets jaunes.

Et, d’ici là, hausse du prix des carburants étendus au transport routier (mais aussi au chauffage des bâtiments) ! Voilà le rêve (ou cauchemar) vert de la Commission européenne dévoilé le 14 juillet. Si la Commission est l’émanation des gouvernements de l’Union, elle n’est certes pas le Conseil, qui, lui, représente directement les Etats. Or, c’est ce dernier qui prendra les décisions finales théoriquement en octobre, plus prosaïquement d’ici à la fin de l’année. Tout n’est donc pas encore joué ! Paris pourrait proposer notamment, comme Berlin, ! "Il y a une volonté forte de garder les hybrides rechargeables à horizon 2035", soulignait en effet un conseiller de l’Elysée lundi. Le gouvernement français pourrait aussi émettre des réserves sur l’extension pleine et entière des quotas de carbone au transport routier.

Paris s’aligne sur les propositions maximalistes

Mais constructeurs et automobilistes ne doivent se faire aucune illusion. Paris s’est toujours plutôt aligné sur les propositions maximalistes. Et, quand l’Union européenne avait décidé en 2019 d'une baisse drastique des émissions de CO2 des voitures neuves de 37,5 % entre 2021 et 2030,, qui proposait -30% ! Et ce, malgré la défense du secteur automobile à l’époque par la chancelière allemande Angela Merkel.

Peu de chance que la donne soit fondamentalement changée. "Interdire une technologie n'est pas une solution rationnelle à ce stade", a certes dénoncé mercredi l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). L'organisation estime que "toutes les options, y compris les moteurs thermiques très efficaces, les hybrides et les véhicules à hydrogène doivent jouer un rôle dans la transition vers la neutralité climatique". Le projet de la Commission n’interdit pas expressément les modèles à essence, diesel ou hybrides. Mais, en proposant mercredi de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves dans l'Union à partir de 2035, Bruxelles n'envisage plus de facto que la seule utilisation d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles