Publicité
La bourse ferme dans 54 min
  • CAC 40

    8 036,94
    +13,68 (+0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 926,90
    -9,67 (-0,20 %)
     
  • Dow Jones

    37 919,81
    +144,43 (+0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0673
    +0,0027 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    2 403,20
    +5,20 (+0,22 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 283,45
    +627,63 (+1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,31
    +63,69 (+5,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,07
    +0,34 (+0,41 %)
     
  • DAX

    17 747,24
    -90,16 (-0,51 %)
     
  • FTSE 100

    7 873,00
    -4,05 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    15 451,25
    -150,25 (-0,96 %)
     
  • S&P 500

    4 995,57
    -15,55 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2447
    +0,0008 (+0,07 %)
     

Interdiction de la « shrinkflation » : vers un consensus à l’Assemblée ?

Jean-Michel Delage / Hans Lucas

Alexis Jolly a déposé une proposition de loi « en urgence » la semaine dernière, et va proposer à des collègues de la co-signer ce mardi lors de leur réunion de groupe. Il propose d’instaurer un « étiquetage obligatoire », afin de mettre un terme à cette « pratique dolosive » (intentionnellement trompeuse), qui « s’assimile à une véritable dévaluation de la valeur réelle d’un bien au détriment de l’acheteur ». Entré à l’Assemblée nationale avec la vague d’élus du Rassemblement national en 2022, le député de l’Isère espérait un « large consensus » des parlementaires, invitant le gouvernement « à s’emparer urgemment de ce sujet ».

Élisabeth Borne l’a-t-elle entendu ? Dans un entretien-fleuve paru hier dans Le Parisien et largement consacré au pouvoir d’achat, la Première ministre a déclaré vouloir interdire ce procédé « choquant » : « Dès novembre, tous les produits concernés par des changements de quantité devront le signaler sur les étiquettes pour ne plus tromper le consommateur. »

Voir aussi : Vente à perte du carburant : cinq questions sur le projet de loi annoncé par le gouvernement

Bruno Le Maire promettait déjà dans une interview accordée au Figaro le 6 septembre de faire cesser « les pratiques trompeuses de certains industriels qui réduisent le contenu de leur produit en conservant le même emballage ». « Ces bouteilles de jus d’orange qui contenaient 1 litre et qui contiennent désormais 900 ml sans informer clairement le client, cela s’appelle voler ! », attaquai...


Lire la suite sur LeJDD