La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 612,48
    +389,06 (+1,21 %)
     
  • Nasdaq

    11 955,02
    +292,23 (+2,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 659,75
    +112,70 (+0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0550
    +0,0111 (+1,07 %)
     
  • HANG SENG

    20 602,52
    +652,31 (+3,27 %)
     
  • BTC-EUR

    28 598,88
    +193,49 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    677,70
    +435,02 (+179,26 %)
     
  • S&P 500

    4 081,41
    +73,40 (+1,83 %)
     

Interdiction des chaudières à gaz: pourquoi pas se chauffer à l'hydrogène?

HORS-SERIE - L'interdiction des chaudières individuelles à gaz condamne les chauffagistes à innover. Des fabricants développent de nouvelles générations de chaudières, mais la route sera longue avant leur banalisation.

Et si, pendant les longues journées d'été, l'électricité produite par les panneaux solaires sur le toit d'une maison servait à fabriquer… de l'hydrogène pour le chauffage en hiver? La solution permettrait de s'affranchir des coûteuses batteries de stockage. Malheureusement, le rendement d'une telle installation serait très médiocre. L'électrolyse est en effet énergivore, car il faut compresser fortement l'hydrogène afin de le liquéfier et de pouvoir ensuite le stocker.

En revanche, que certaines chaudières domestiques au gaz naturel soient remplacées demain par des appareils fonctionnant à l'hydrogène, au moins partiellement, est plus que probable. C'est d'ailleurs presque une condition de survie pour les fabricants de chaudières à gaz, dont les appareils sont définitivement bannis des constructions neuves avec la nouvelle réglementation environnementale.

Inflammable mais explosif

Techniquement, brûler de l'hydrogène plutôt que du gaz naturel dans une chaudière est parfaitement possible, même si la valeur calorifique par mètre cube de l'hydrogène est bien inférieure à celle du gaz naturel. Plusieurs fabricants expérimentent d'ores et déjà des brûleurs fonctionnant pour du gaz naturel pur, de l'hydrogène mélangé à du gaz naturel, ou de d'hydrogène à 100%. La clé du système est le régulateur, qui doit être capable d'adapter en temps réel le mélange combustible-air, afin d'optimiser la combustion.

Tout porte à croire que, demain, l'hydro gène sera livré à domicile par camion, comme on livre aujourd'hui du propane ou du fuel. En revanche, l'adaptation d'un réseau de gaz domestique au transport d'hydrogène nécessitera de redoubler de précautions: sa molécule est en effet infiniment plus petite que celle du méthane, ce qui augmente les risques induits par les microfuites, notamment au niveau des soudures ou des joints. Sachant que le pouvoir détonant de l'hydrogène est très supérieur à ce dernier, et que l'énergie requise pour l'enflammer est dix fois plus faible que pou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles