Publicité
Marchés français ouverture 2 h 14 min
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,57 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,39 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    40 152,96
    +242,16 (+0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0855
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    16 189,34
    -406,63 (-2,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 239,85
    +2 873,26 (+4,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     

Intelligence artificielle : «derrière le roman OpenAI, quels sont les véritables enjeux ?»

Patrick T. Fallon/Bloomberg via Getty Images

Licencié un vendredi, récupéré par Microsoft un lundi, puis de nouveau à la tête de sa société un mardi soir : la vie de Sam Altman est récemment passée par des hauts et des bas que peu d’humains connaîtront. A l’instar des technologies elles-mêmes, le monde des entreprises de l’intelligence artificielle (IA) traverse une crise de croissance inhabituelle en écrasant le continuum espace-temps habituel des start-up. La dichotomie classique entre des profils techniques ou entrepreneuriaux chez les fondateurs, et des responsabilités finalement plus publiques induites par le rôle sociétal de ces technologies, se superpose cette fois-ci à un autre problème : les objectifs divergents au sein de l’équipe fondatrice, et les tensions entre la fondation et la structure commerciale ainsi que les philosophies les animant.

Dès la genèse du projet OpenAI (connu pour ChatGPT, NDLR), deux philosophies ont coexisté : la première est ce que les Américains appellent l’Effective Altruism. Elle dépasse le cadre de l’intelligence artificielle puisqu’on la trouve par exemple dans le cadre de la lutte contre la pauvreté ou de la défense du bien-être animal. Les partisans de cette théorie, au lieu de donner à des causes caritatives, s’efforcent eux-mêmes, dans le cadre de l’entreprise, de définir des variables objectives pour déterminer l’impact sociétal de leurs actions.

Dans le cadre de l’intelligence artificielle, le conseil d’administration de la Fondation OpenAI prétendait gérer les questions inhérentes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les murs commerciaux : un investissement rentable et sécurisé
Après avoir laissé des centaines de clients sur le carreau, Made.com fait un retour inattendu
L’or inscrit un nouveau record historique, dopé par les espoirs sur la Fed
Thalès se hisse dans le top 5 mondial de la cybersécurité, l’achat d’Imperva est «un tournant»
La compagnie ferroviaire Le Train sur le point de concurrencer la SNCF