La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    45 937,54
    -6 460,16 (-12,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Quand des intellectuels de gauche font le lit de Marine Le Pen

·2 min de lecture

EDITO - A l'instar du psychanalyste Gérard Miller, une partie de la gauche intellectuelle prône l'abstention en cas de second tour Macron-Le Pen à la présidentielle. Quitte à servir le populisme et l'extrême-droite.

Dans une préface à son livre "Les pousse-au-jouir du maréchal Pétain", un essai aussi original qu’important, le psychanalyste Gérard Miller, figure de la gauche intellectuelle, écrivait ceci en 2004 : "On parlait de quelque chose de parfaitement connu, répertorié, précisément situé hors du champ sur lequel les mots ont encore prise. On parlait d’une saloperie intrinsèque, qui exacerbe les différences et finit toujours par faire couler le sang. On parlait d’un truc innommable, à maintenir dans une abjection irréductible au lien social pour que subsiste une petite chance d’en limiter la contagion". Implacable mise à nu de l’extrême-droite et de son variant français, le lepénisme familial. On peut être certain que l’auteur ne changerait pas un mot ni une virgule à ces quelques lignes - d’ailleurs si justes et pertinentes. Désormais chroniqueur politique sur LCI - chaîne d’info qui m’accueille également - Gérard Miller répondant il y a quelques jours à une question de David Pujadas, a expliqué que, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui et si le second tour opposait Marine Le Pen à Emmanuel Macron, il s’abstiendrait. En 2017, confronté au même cas de figure, Miller avait voté sans la moindre hésitation en faveur de l’actuel chef de l’Etat.

Contexte troublant

Cette position d’un intellectuel, jadis proche de François Mitterrand et désormais compagnon de route de Jean-Luc Mélenchon, n’est pas anodine. Il est même nécessaire de la prendre fort au sérieux. Elle survient dans un double contexte au moins troublant : des voix au second tour, donc en mesure de triompher; une longue enquête de Libération auprès d’électeurs de gauche part d’un postulat identique à celui de Gérard Miller : non à Macron, serait-ce au prix de la victoire d’une candidate d’extrême-droite héritière d’une organisation, le Front National, en partie fondée par des collabos condamnés à la Libération et par des terroristes de l’OAS. Et en effet, l’étude attentive du sondage Harris indique que [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi