La bourse ferme dans 5 h 20 min

Intéressement, participation : en quoi le report des versements pourrait vous pénaliser

Capital : Que change exactement l’ordonnance adoptée en Conseil des ministres pour l’épargne salariale des Français ?

Benjamin Pedrini, co-fondateur d’Epsor : Le versement des primes d’intéressement et de participation doit normalement se faire le premier jour du sixième mois qui suit la clôture de l’exercice de l’entreprise généralement en fin d’année. Ces primes sont donc habituellement versées en avril ou en mai et avant le 1er juin. La possibilité de décaler ces versements jusqu’au 31 décembre doit permettre de répondre aux problématiques de trésorerie que doivent gérer certaines entreprises à court terme.

Capital : Au-delà d’une perte de pouvoir d’achat immédiat, en quoi ces éventuels reports peuvent-ils pénaliser les salariés ?

Benjamin Pedrini : Sur les réseaux sociaux, nous avons vu beaucoup de personnes qui se disent : “Pourquoi devrait-on trinquer ?” Il y a beaucoup d’incompréhension, surtout que certains salariés sont actuellement en activité partielle et leurs revenus vont baisser. Le versement de la prime est donc très important pour eux.

>> A lire - Epargne salariale : votre entreprise va pouvoir décaler le versement des primes en fin d’année

Il y a deux manières de voir les choses. En investissant sa prime d’intéressement aujourd’hui, un salarié peut avoir l’impression de prendre des risques. Si c’est le cas, j’aurais tendance à lui conseiller d’investir sur des profils sécuritaires. Un collaborateur qui touche sa prime aujourd’hui risque d’investir à l’aveugle, sachant qu’entre le jour où il fait le choix d’investir et le moment où les fonds sont réellement investis, il peut se passer deux, voire trois semaines, alors même que les marchés financiers font le yoyo en ce moment. A l’inverse, en recevant sa prime en fin d’année, on peut imaginer que les marchés seront plus stables. Mais investir en fin d’année peut aussi être considéré comme une perte d’opportunités alors qu’il est possible de penser qu’en agissant aujourd’hui, il rentrerait au plus bas sur les

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La fin des enchères sur les terrains publics, une solution pour baisser les prix du neuf, selon le patron de Nexity
Quel est votre niveau en français ?
Immobilier : “les prix ne peuvent pas s’effondrer”, selon le président de la Fnaim
Devenir franchisé, un parcours très encadré
Les Etats-Unis pourraient déjà être en récession, selon la banque centrale