La bourse ferme dans 51 min
  • CAC 40

    6 243,46
    -23,82 (-0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 000,29
    -14,51 (-0,36 %)
     
  • Dow Jones

    33 963,95
    +148,05 (+0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2063
    +0,0045 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    1 773,10
    -8,90 (-0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    41 324,59
    -4 748,78 (-10,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 144,56
    +20,67 (+1,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,30
    +0,87 (+1,42 %)
     
  • DAX

    15 228,78
    -91,74 (-0,60 %)
     
  • FTSE 100

    6 924,16
    -14,08 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 947,11
    +128,70 (+0,93 %)
     
  • S&P 500

    4 162,91
    +27,93 (+0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    29 020,63
    -167,54 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    29 078,75
    +323,41 (+1,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,3863
    +0,0020 (+0,15 %)
     

Insultes de l'ambassadeur de Chine contre un chercheur français : "C'est la critique même de la Chine qu'elle veut empêcher aujourd'hui", estime un sinologue

franceinfo
·1 min de lecture

L'ambassade de Chine à Paris s'est déchaînée à plusieurs reprises en quelques jours contre un chercheur français, Antoine Bondaz, jugé trop critique à l'encontre de Pékin. "Petite frappe", "hyène folle", "troll idéologique" sont les termes employés par l'ambassade contre le chercheur de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Il avait dénoncé des pressions chinoises sur des parlementaires français souhaitant se rendre à Taïwan. "C'est la critique même de la Chine qu'elle veut empêcher aujourd'hui", a affirmé lundi 22 mars sur franceinfo François Godement, sinologue et conseiller pour l’Asie de l’Institut Montaigne. Selon lui, la Chine "a changé de braquet" dans sa diplomatie et veut "contrôler l'expression la concernant".

franceinfo : Pourquoi la Chine a-t-elle changé de ton ?

La Chine a changé de braquet dans sa diplomatie extérieure. Elle est beaucoup plus agressive, beaucoup plus attachée à contrôler l'expression la concernant hors de Chine. Elle s'estime sans doute beaucoup plus forte sur le plan international. Elle redoute en même temps la coalition des pays démocratiques. Avec l'arrivée de Joe Biden au pouvoir, les choses ont changées. Et par conséquent elle prend pratiquement des mesures préventives. Elle a déjà sanctionné des responsables américains l'été dernier, après les sanctions assez fortes de l'administration Trump sur le Xinjiang. Elle fait de même avec les Européens. Mais là, elle élargit. Non seulement elle sanctionne des individus, mais vous (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi