La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 497,88
    -1 256,34 (-2,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Institution de Charleville-Mézières, la librairie "Le Temps des Cerises" ferme et vend aux enchères son fonds sur les Ardennes

Stéphane Hilarion
·1 min de lecture

C’est une institution de la cité de Rimbaud qui disparaît. La célèbre librairie de la rue d’Aubilly, à deux pas de la place Ducale à Charleville-Mézières, a définitivement fermé ses portes en décembre dernier. Après un grand tri, son fondateur Philippe Majewski a décidé de vendre aux enchères les derniers ouvrages et documents anciens sur les Ardennes compilés depuis plus de trente ans. Pour de nombreux habitants, Le Temps des Cerises était plus qu’une simple librairie : c’était un lien, un endroit de rencontre, et "c’est quelque chose qui ne pourra pas être remplacé à mon avis", déclare cet homme passant devant la devanture désormais vide de la librairie.

Un fonds unique

Derrière cette mémoire du territoire ardennais, Michel Majewski qui depuis 1987 accueillait les fans d’Arthur Rimbaud tout comme les amoureux d’Histoire et de documents anciens. Toute sa vie, ce libraire passionné, devenu un expert, a compilé une impressionnante collection de revues, documents et livres sur les Ardennes. Un trésor régional que le désormais retraité a décidé de mettre aux enchères, sans aucun regret.

Il y a toujours le musée de l’Ardenne, il y a toujours la bibliothèque de Charleville, il y a toujours les Archives départementales. Au niveau institutions, ça existe bien. Et puis, c’est éphémère le temps des cerises, vous savez bien…

Michel Majewski

Ce samedi 10 avril, près de 250 lots ont été mis aux enchères. Des milliers d’autres documents dorment encore dans les réserves de Michel (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi