La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 272,70
    -55,09 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 446,53
    +67,48 (+0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2225
    +0,0068 (+0,56 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 762,68
    +364,71 (+1,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 224,13
    -29,01 (-2,31 %)
     
  • S&P 500

    4 160,94
    -2,35 (-0,06 %)
     

Instagram va masquer les gros mots pour lutter contre le harcèlement

·1 min de lecture

Instagram (Facebook) permet depuis mercredi à ses utilisateurs de filtrer les messages reçus sur la plateforme pour les expurger des expressions injurieuses, un nouveau pas pour le réseau social qui veut donner des gages dans la lutte contre le harcèlement en ligne. "Dans la mesure où les messages directs sont des conversations privées, nous n'y recherchons pas de manière proactive des signes de discours haineux ou de harcèlement comme nous le faisons ailleurs sur Instagram", explique la populaire application de partage d'images dans un communiqué.

"La majeure partie des discours de haine émanent de ces demandes de messages directs"

Les utilisateurs de sept pays (Royaume-Uni, France, Irlande, Allemagne, Australie, Nouvelle-Zélande, Canada) peuvent activer une option permettant de masquer automatiquement les "demandes de messages directs" (invitations à discuter) contenant des mots, expressions ou emojis offensants. "C'est dans ces pays qu'il y a eu des personnalités publiques, notamment des footballeurs, qui ont été victimes d'abus et de termes offensants dans les messages directs", a précisé Clotilde Briend, responsable des politiques publiques chez Instagram.

Selon elle, "la majeure partie des discours de haine émanent de ces demandes de messages directs. On va donner la possibilité à chacun de nous signaler ou non ces messages" qui resteront accessibles dans une boite de réception séparée.

Une extension à WhattsApp et Messenger à l’étude

En français, "quelques dizaines" d'ex...


Lire la suite sur Europe1