La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    41 728,61
    -8 900,28 (-17,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Insécurité en Haïti: grève et négociations pour libérer 17 otages se poursuivent

·2 min de lecture

Mardi 19 octobre en Haïti, une majorité d’habitants des villes et surtout de la capitale Port-au-Prince sont restés chez eux, observant encore l’appel à la grève lancé la semaine dernière par plusieurs associations professionnelles pour protester contre l’insécurité grandissante. L’enlèvement samedi 16 octobre de 17 citoyens nord-américains par l’un des plus puissants gangs a donné un écho particulier à cet appel.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Écoles et administrations ont encore gardé portes closes ce mardi dans la capitale mais, en comparaison avec lundi, le mouvement a perdu un peu de son souffle et la circulation a timidement repris sur les grands axes de Port-au-Prince.

Des pharmacies et supermarchés ont même ouvert au fil de la journée dans certains quartiers aisés de l’aire métropolitaine. Certains petits commerçants ont témoigné auprès de médias locaux ne pas être en mesure, sur le plan économique, de garder plus longtemps leur rideau baissé.

À lire aussi : Haïti: grève générale contre l’insécurité et l’emprise des gangs armés

Une rançon de 17 millions de dollars

Mais cette reprise des activités n’enlève rien au sentiment de colère mêlé à de la peur, partagé par l’ensemble des habitants face aux gangs. Quantité de personnes enlevées sont toujours actuellement retenues otages, y compris les 16 citoyens américains et le ressortissant canadien, un groupe de missionnaires enlevés samedi avec des membres de leur famille et pour qui les ravisseurs réclament un million de dollars de rançon par personne, selon les propos tenus par le ministre haïtien de la Justice.

La police haïtienne garde, elle, toujours le silence sur ce dossier, ce qui n’est pas inhabituel dans de telles circonstances : il s’agit de ne pas nuire aux négociations en cours et de ne pas mettre les vies des otages davantage en danger.

À lire aussi : Haïti: une bande armée procède à des enlèvements en masse, dont des citoyens américains

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles