Marchés français ouverture 8 h 12 min
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9609
    -0,0079 (-0,82 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 948,71
    +220,13 (+1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,96
    +5,86 (+1,35 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

Les inquiétantes déclarations du patron de la Banque centrale américaine

POOL/AFP - Tom Williams

Hausse des taux d'intérêts, croissance plus faible, ralentissement des créations d'emplois... Lors d'un discours sans langue de bois le 26 août, Jerome Powell, le président de la Réserve Fédérale américaine, a prévenu que la lutte contre l'inflation aura "une série de coûts regrettables".

Il n'a pas mâché ses mots. Le 26 août, lors de la traditionnelle réunion des banquiers centraux à Jackson Hole (Wyoming), , a promis du sang et des larmes. La lutte contre l'inflation aux Etats-Unis "va faire souffrir les ménages et entreprises" américains mais y renoncer serait encore plus dommageable pour l'économie, a-t-il prévenu.

Dans , prononcée à la conférence des banquiers centraux de Jackson Hole (Wyoming), le président de la Fed a averti que la Banque centrale américaine userait "vigoureusement de ses outils" en relevant les taux d'intérêt. Revenir à la stabilité des prix "prendra du temps" et entraînera "une longue période de croissance plus faible" ainsi qu'"un ralentissement du marché du travail", a-t-il martelé dans un discours exceptionnellement bref mais déterminé, à quelques mois des élections de mi-mandat pour l'administration démocrate de Joe Biden.

L'inflation aux Etats-Unis caracole à 8,5% en juillet sur un an, contre 9,1% en juin, un plus haut en 40 ans, selon l'indice des prix à la consommation CPI. D'après un autre indicateur très observé par la Fed, l'indice PCE, publié vendredi, elle s'est inscrite à 6,3%, contre 6,8% sur un an. "Si ces dernières baisses de juillet sont bienvenues, une amélioration sur un mois seulement est loin d'être suffisante" et nécessitera d'être confirmée, a déclaré M. Powell.

"Ne pas relâcher la politique monétaire trop tôt"

La Banque centrale veut ramener la hausse des prix autour de 2%, et cette politique aura "une série de coûts regrettables", a déclaré M. Powel. Il a redit que la Fed était prête à "une autre forte hausse exceptionnelle des taux" à la prochaine réunion du Comité monétaire du 21 septembre, après déjà deux tours de vis consécutifs de 75 points de base (0,75%). Le banquier central a prévenu les marchés que les taux d'intérêt iraient en territoire "restrictif" et que la barre du taux neutre qui reflète le niveau idéal des taux, généralement évalué autour de 2,5%, pour ne créer ni de surchauffe ni ref[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi