La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,68 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0871
    -0,0021 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 884,62
    +545,58 (+2,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,23 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,31 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,76 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,10 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2399
    -0,0008 (-0,06 %)
     

Inquiétude des clients français après la mise aux enchères des stocks de Made.com

Chris Ratcliffe/Bloomberg/Getty Images

Que va-t-il advenir des commandes des clients de Made.com après sa faillite ? Il y a un peu plus d'un mois, le spécialiste de l'ameublement annonçait ne plus pouvoir prendre de commandes et se déclarait en faillite. Déjà, beaucoup de clients dans le monde, en particulier des Français, étaient dans l'incertitude avec des commandes en cours et des paiements déjà effectués. Depuis, Made.com a été repris par le groupe d'habillement Next, rappelle BFMTV. Seulement, l'entreprise britannique a mis la main sur son nom de domaine, sa propriété intellectuelle et la marque (contre 3,9 millions d'euros), mais pas sur les stocks.

Les meubles ont donc été vendus aux enchères en Grande-Bretagne jusqu'à jeudi soir par la maison John Pye, avec des lots allant de 23 à plus de 1.000 livres (1.150 euros). Problème, ces ventes vont essentiellement servir à rembourser les créanciers de Made.com. Or, les clients en attente (12.000 dans le monde, 1.000 environ en France) sont les derniers sur la liste. Interrogé par BFMTV, un avocat spécialiste des questions de consommation explique que les clients "ne sont pas prioritaires et ne pourront éventuellement être remboursés que s'il reste des liquidités une fois les autres créanciers payés".

De quoi inquiéter et faire sortir de leurs gonds les clients français qui redoutent de ne jamais revoir leur argent. Jusqu'à présent, certains sont parvenus à se faire rembourser grâce à l'assurance de leur carte bancaire (Crédit Agricole et CIC ont joué le jeu selon nos (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Certaines auto-écoles surfacturaient les permis de conduire financés par le CPF
Bel va commercialiser des fromages... sans lait
L'incroyable parcours de Sophie Adenot, la nouvelle astronaute française
CAC 40 : la Bourse de Paris attend l'inflation aux Etats-Unis au tournant
Le premier C919, concurrent de l'A320 d'Airbus, livré par la Chine