La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 077,69
    -264,09 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2274
    +0,0013 (+0,11 %)
     

Ingérences étrangères dans la recherche: pourquoi la DGSI monte au front

·2 min de lecture

ENQUÊTE Face à la hausse du nombre d'ingérences étrangères, notamment chinoises, visant le monde de la recherche, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a décidé de muscler ses capacités de détection. État des lieux.

La décision remonte au mois de juillet 2021. Inquiet du nombre croissant d'ingérences étrangères visant le monde de la recherche, le cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, s'en ouvre à Nicolas Lerner, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (). Dans la foulée, le service de renseignement basé à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), qui a historiquement la main sur le sujet, décide de mettre en œuvre un plan d'action. Il prévoit d'envoyer plus fréquemment les contre-espions de la sous-direction K, spécialisée dans la contre-ingérence économique, au contact du monde de la recherche (présidents d'Universités et d'établissements de recherche, directeurs d'unités...). Le service entend profiter de ces échanges pour faire de la pédagogie autour des outils permettant de contenir ces raids étrangers, comme les zones à régime restrictif (ZRR) qui délimitent l'espace dans lequel peuvent travailler étudiants et doctorants. La DGSI choisit aussi de muscler son dispositif de prévention en consacrant au moins une fois par an, l'un de ses "Flash ingérence économique" à la question de la recherche - le premier a été envoyé ce lundi 25 octobre.

"Les atteintes ou vulnérabilités détectées dans le monde de la recherche dépassent les 200 cas chaque année, précise à Challenges une source ministérielle. Nous considérons que ce chiffre devrait augmenter dès lors que nous renforçons le suivi. Notre ambition est que le monde de la recherche, qui est soumis à des injonctions contradictoires, entre cette nécessaire vigilance et la volonté de coopérer avec d'autres pays, prenne davantage conscience des menaces que font peser sur lui certains États, en premier lieu la Chine." Pékin a été pointé du doigt dans plusieurs rapports récents comme celui du Sénat sur les "influences étatiques extra-européennes dans le monde universitaire et académique français". , il a mis en lumière la "stratégie globale et systémique"[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles