La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 077,45
    -123,22 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 906,23
    -146,11 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2038
    +0,0058 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 040,98
    -357,16 (-0,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 248,02
    -50,94 (-3,92 %)
     
  • S&P 500

    4 164,98
    -20,49 (-0,49 %)
     

« Une informatique 100 % sécurisée ne serait ni très efficace ni très innovante »

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

En forte augmentation depuis le milieu des années 2010, la menace cybercriminelle a encore été démultipliée avec la pandémie. On observe actuellement une tentative d’attaque par semaine sur les infrastructures de la chaîne hospitalière, relève l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). 57 % des entreprises disent par ailleurs avoir été victimes d'une attaque en 2020, selon un sondage réalisé par le Club des experts de la sécurité de l'information et du numérique (Cesin). Qui se cache derrière ces attaques ? Pourquoi n’est-on pas mieux protégé malgré le renforcement de la sécurité informatique ? Quelles mesures adopter pour s’en prémunir ? Réponses avec Éric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité au Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale.

Éric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité au Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale. © DR
Éric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité au Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale. © DR

Les attaques informatiques sont-elles réellement en augmentation ou est-ce juste que les victimes portent davantage plainte ?

Éric Freyssinet : Un peu les deux, mais il est clair qu’on assiste à une forte hausse de la cybercriminalité. La progression est de 20 % à 22 % par an depuis quelques années, avec même +100 % par an pour les rançongiciels. On voit aussi que les attaques sont de plus en plus invalidantes pour les victimes et portent des atteintes graves à leur organisation.

Qui sont les principales cibles ?

Cela varie énormément d’une année sur l’autre. Pour les rançongiciels, par exemple, il y a eu une première vague en 2011-2012 ciblant les entreprises, puis la technique s’est diffusée au grand public avec des attaques de phishing massives. Cela passe par exemple via des courriels contenant des pièces jointes infectées, ou des faux bandeaux publicitaires qui téléchargent un logiciel malveillant quand on clique dessus. Aujourd’hui, n’importe qui peut être visé : hôpitaux, associations, entreprises, collectivités…

Qui est derrière ces...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura