La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 719,43
    +492,40 (+1,40 %)
     
  • Nasdaq

    15 686,92
    +461,76 (+3,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1274
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 870,01
    -215,09 (-0,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 308,39
    -12,89 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 686,75
    +95,08 (+2,07 %)
     

Information trimestrielle au 30 septembre 2021

·7 min de lecture

1. ENVIRONNEMENT DE L’INDUSTRIE DU RAFFINAGE-DISTRIBUTION

  • Evolution du prix du pétrole brut

Au troisième trimestre 2021, le prix moyen du baril de Brent s’est établi à 73 $, en hausse de 71 % par rapport au troisième trimestre 2020 (43 $), en hausse de 12 % par rapport à la moyenne du premier semestre 2021 (65 $).

La parité euro-dollar s’est établie en moyenne à 1,18 $/€ au cours du troisième trimestre 2021 contre 1,17 $/€ au troisième trimestre 2020 et 1,21 $/€ au premier semestre 2021.

Exprimé en euros, le prix moyen du baril de Brent s’est élevé à 62 € au troisième trimestre 2021, en hausse de 68 % par rapport au cours de 37 € du troisième trimestre 2020, en hausse de 17 % par rapport au premier semestre 2021 (53 €).

  • Marges brutes de raffinage

La marge indicative de raffinage sur Brent 1publiée par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC) du Ministère de la transition écologique s’est élevée à 16 €/tonne en moyenne pour le troisième trimestre 2021 contre une marge de raffinage de 1 €/tonne en moyenne pour le troisième trimestre 2020.

Evolution des marges de raffinage années 2020 et 2021 en €/T

Cette augmentation de la marge indicative de raffinage, particulièrement visible sur août (19 €/tonne) et septembre (25 €/tonne), découle de la reprise économique observée dès le second trimestre 2021 qui s’est accentuée sur le troisième trimestre dans un contexte de bonne diffusion de la vaccination et de recul épidémique.

  • Marché français des produits pétroliers

Le marché intérieur, très fortement impacté depuis mars 2020 par la très forte baisse de la demande en carburants due aux différents confinements imposés par la pandémie de Covid-19, s’est redressé depuis le deuxième trimestre 2021.

D’après les statistiques publiées par le Comité Professionnel du Pétrole (CPDP), la consommation des produits pétroliers sur le marché intérieur français à fin août 2021 est en hausse de 5,7 % par rapport à la même période de l’année 2020.

Les volumes de supercarburants et de gazole routier vendus sur le marché intérieur sont en hausse respectivement de 18,5 %, et de 12 %, ceux des carburéacteurs en baisse de 8,2 % et ceux des lubrifiants en hausse de 7,2 %.

En glissement annuel, de septembre 2020 à août 2021, les ventes de produits pétroliers sur le marché intérieur sont en baisse de 1,8 %.

2- ACTIVITE DU TRIMESTRE ET FAITS MARQUANTS

  • Quantités de pétrole brut traité en raffineries

La quantité de pétrole brut traitée dans les deux raffineries à 3,8 millions de tonnes au troisième trimestre 2021 est en baisse de 5 % par rapport au troisième trimestre 2020.

Cette baisse découle de l’arrêt d’une partie de la raffinerie de Gravenchon du 7 au 21 septembre suite à un incident survenu sur une tour de distillation.

  • Chiffre d’affaires et volumes vendus

Les volumes des produits raffinés vendus au cours du troisième trimestre 2021 par le groupe Esso S.A.F. s’élèvent à 6,4 millions de m³ et sont en hausse de 3,6 % par rapport au troisième trimestre 2020.

Les volumes vendus sur le marché intérieur (ventes en France, hors ventes directes de raffinage et ventes extraterritoriales) soit 4 millions de m³, sont en hausse de 11,3 %.

A fin septembre 2021, les volumes des produits raffinés par le groupe s’élèvent à 18,3 millions de m³ et sont en hausse de 4,9 % par rapport à fin septembre 2020. Les quantités vendues sur le marché intérieur français sont en hausse de 8 % et s’établissent à 11,3 millions de m³ contre 10,4 millions de m³ en 2020.

Le chiffre d'affaires (hors TVA) du groupe s'élève à 10,8 milliards d'euros en hausse de 38,2 % par rapport au 30 septembre 2020, reflétant la hausse des quantités vendues ainsi que la hausse du prix des produits pétroliers.

  • Investissements

Pour l’année 2021 la prévision de dépenses d’investissement s’établit à 39 millions d’euros, dont 36 millions d’euros dans les raffineries du groupe. Pour 2022, le groupe envisage un programme d’investissements de 51 millions.

En 2020 le groupe avait investi 38 millions d’euros dont 32 millions d’euros dans ses raffineries.

  • Risques et litiges

Au 30 septembre 2021, aucun litige ou procédure matériellement significatif n’a été engagé à l’encontre du groupe durant les trois trimestres écoulés.

  • Situation financière et perspectives

A fin septembre 2021, la position financière nette du groupe est négative pour un montant de 120 millions d’euros. A fin juin 2021 la position financière nette était négative de 181 millions d’euros pour des capitaux propres de 445 millions d’euros.

Malgré la reprise économique observée depuis le second trimestre 2021, le niveau de la demande en produits pétroliers reste inférieur à ce qu’il était avant la crise et continue à peser fortement sur les marges de raffinage carburants et combustibles. Le groupe poursuit en 2021 les efforts de réduction de coûts engagés en 2020 pour sauvegarder sa compétitivité. Le projet de réorganisation annoncé en octobre 2020, qui se traduit par une réduction d’environ 8 % de l’effectif du groupe et dont le coût de mise en œuvre a déjà été provisionné dans les comptes de l’exercice 2020, est en cours et sera achevé d’ici la fin de l’année.

Le groupe Esso S.A.F. est structurellement exposé aux incertitudes concernant l’évolution du prix du pétrole brut et du taux de change du dollar, à la volatilité des prix des produits pétroliers et des marges de raffinage dans un marché ouvert à une concurrence mondiale.

Par ailleurs, le secteur du raffinage continue d’évoluer entre incertitudes et opportunités. La transition énergétique telle qu’envisagée par la Stratégie Nationale Bas-Carbone et la programmation pluriannuelle de l’énergie (publiée le 21 avril 2020) pour la croissance verte, et par le Pacte Vert Européen avec l’objectif de neutralité carbone en 2050, vont conduire à une baisse de la consommation d’énergies fossiles et à une évolution significative des marchés de produits pétroliers, dont l’ampleur et le rythme de transition demeurent incertains. Dans ce contexte, Esso S.A.F. entend poursuivre ses efforts pour améliorer sa compétitivité et optimiser ses actifs industriels. Pour cela, des conditions économiques, fiscales et réglementaires favorables et prévisibles sont essentielles.

Plus que jamais, le groupe Esso S.A.F. doit répondre, en tant qu’acteur majeur de l’industrie du raffinage, au double défi de produire et distribuer une énergie bon marché pour soutenir l’économie tout en réduisant les impacts sur l’environnement. Il poursuivra ses efforts en s’appuyant sur cinq piliers stratégiques :

  • Opérer à un niveau d’excellence ;

  • Sauvegarder et renforcer la compétitivité de son outil industriel ;

  • Poursuivre le développement de ses ventes afin de renforcer sa position sur le marché Français en accompagnant toujours mieux ses clients revendeurs et distributeurs ;

  • Se positionner pour un avenir moins carboné ;

  • Transformer sa culture d’entreprise en poursuivant l’intégration de technologies numériques, d’initiatives de développement commercial et d’engagement de son personnel.

Les efforts engagés dans la poursuite de ces objectifs se sont traduits par l’annonce en mai dernier d’un projet de partenariat2 avec les enseignes Casino, portant sur la conversion de 10 stations-service Casino à la marque Esso et, par l’annonce en juillet 2021 de la signature par Esso S.A.F., Air Liquide, Borealis, TotalEnergies et Yara International ASA d’un protocole d’accord3 de coopération en vue de contribuer à la décarbonation du bassin industriel normand à travers le développement d’une infrastructure de captage et stockage du CO2. La première phase de cette coopération consistera à étudier la faisabilité technique et économique de ce projet dont l’objectif est la réduction d’émissions de CO2 jusqu’à 3 millions de tonnes par an d’ici 2030 (soit l’équivalent des émissions de plus de 1 million de voitures de particuliers).

Esso S.A.F., le 12 novembre 2021

1 L’indicateur de marge de raffinage de la DGEC est un indicateur de marge de raffinage sur coûts énergétiques dont les rendements sur Brent sont représentatifs d’une raffinerie auto-suffisante opérée pour maximiser la production de distillats moyens (https://www.ecologie.gouv.fr/prix-des-produits-petroliers). Cet indicateur a vocation à illustrer la tendance de l’environnement économique du raffinage de carburants et combustibles.

Cet indicateur de marge théorique diffère de la marge brute réalisée par le groupe Esso S.A.F. compte tenu de la configuration comme des conditions d’opération et de production propres à chacune de ses raffineries, dans un environnement où les prix du pétrole brut et des produits finis peuvent varier très rapidement.

2 03 Mai 2021 : Esso et les stations-service Casino annoncent un partenariat

3 12 juillet 2021 : Air Liquide, Borealis, Esso, TotalEnergies et Yara coopèrent en vue de contribuer à la décarbonation du bassin industriel normand

Pièce jointe


Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles